Procès AOB: Les audiences reprennent

Procès AOB: Les audiences reprennent

Le procès du commandant Alpha Oumar Boffa Diallo "AOB", de Fatou Badiar, Jean Guilavogui et du défunt lieutenant Lamarana Diallo s'est rouvert ce lundi 9 avril au TPI de Dixinn. Ils sont accusés d'association de malfaiteurs, tentative d'assassinat, destruction de biens privés et mobiliers, détention et consommation de chanvre indien attentat à la sûreté de l'État.


A l'entame, les avocats de la défense ont sollicité la libération de leurs clients, arguant qu'ils ne voient aucune raison de les maintenir en détention. La (Basse-)Cour Suprême avait rendu un arrêt le 29 mars 2017 dans lequel elle cassait et annulait la décision de la cour d'assises de conakry du 13 juillet 2017 condamnant certains à 15 ans de prison ferme et d'autres à perpétuité.
Me Jouachim Bilimou, avocat sans vinaigrette de la partie civile, a soutenu quant à lui que les arguments de la défense sont infondés et demandé au tribunal le maintien en détention des accusés. Selon lui, les faits qui leur sont repprochés sont suffisamment graves. Un argument appuyé par Mohamed Samoura, le pro-crieur qui a également demandé au président du tribunal de rejeter purement et simplement la demande de la défense.
Après cinq minutes de suspension de l'audience, Mangadouba Sow, le président a rejeté la demande de libération et ordonné l'ouverture des débats au fond. Alpha Oumar Boffa Diallo "AOB" le premier à être appelé à la barre, a rejeté en bloc les charges portées contre lui.
Après la série de questions de la partie civile, et au moment où la défense se préparait à poser les siennes, le président du tribunal Mangadouba Sow a suspendu l'audience. Déplorant le retard accusé au démarrage du procès, il a invoqué l'insecurité à laquelle il s'exposerait si toutefois il prolongeait les débats jusque tard dans la nuit. Personne ne va assurer ma sécurité, surtout en cette période de jugement des affaires criminelles, dit-il. L'audience reprendra le 14 mai 2018.

Dernière modification levendredi, 13 avril 2018 23:17

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Août 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31