Assemblée nationale : Quand les plénières ont du mal à se tenir

Assemblée nationale : Quand les plénières ont du mal à se tenir

Les dépités se sont retrouvés en plénière ce 10 avril à notre hémicycle rectangulaire. Objectifs, adopter un chronogramme pour cette première partie de la session des lois, mais également examiner un projet de loi portant modification des articles 12 et 13 de la loi L2012 020 CNT du 11 octobre 2012, fixant les règles régissant la passation, le contrôle, et la régulation des marchés publics et délégations de service public. Mais la plénière a eu toutes les peines du monde à débuter. Programmée à 10h, elle n’a réellement démarré qu’à 11h 15 minutes, faute de quorum.

Seuls 40 élus étaient présents sur les 113 inscrits. Le Cauris de l’Assemblée s’est retrouvé dans l’obligation de suspendre momentanément la séance pour attendre d’éventuels ‘’retardataires’’. Après une heure de pause et une nouvelle vérification, 73 dépités ont répondu présents. La plénière a démarré, mais a été de courte durée. Le projet de chronogramme adopté presqu’à l’unanimité (deux voix contre), devait suivre l’examen du projet de loi sur les marchés publics. Mais à l’étonnement des dépités, le manitou de la Commission des lois annonce que le texte n’est pas encore disponible : « Après avoir parlé ce matin de ce texte en commission, nous nous sommes rendu compte que certains documents manquaient pour son examen. Donc à la demande des parties prenantes, il nous a été demandé de surseoir à l’examen de ce texte, en attendant que de meilleures informations nous soient fournies ». Ambiance. Le prési de l’Assemblée lui-même ne connaissait pas en réalité le texte programmé : « Est-ce qu’il ne s’agit pas d’un autre texte » ? se demande t-il. Dama-ronron, patron du groupe parle-menteur de la majorité présidentielle rejette la responsabilité sur l'exécutif : « Je crois qu’il y a une certaine confusion au secrétariat du gouvernement ou à la transmission. Nous avions la modification de l’article 44 relative à la rétrocession des prêts aux entités publiques. Finalement aucun de ces deux textes n’est disponible ». Finalement, le seul travail des élus du peuple aura été l’adoption d’un chronogramme partiel. Ah oui !
A la sortie, Oussou Fof, patron du groupe parle-menteur Libéral-démocrate s’en est marré : « Nous avions dit que le mois d’avril sera consacré à l’adoption de tout ce qui est conventions et les deux prochains mois seront consacrés aux autres textes tels le Code civil et la loi sur la CENI. Sur les 36 projets que nous attendions le gouvernement n'a rien envoyé. Aucun ministre ne travaille, tout le monde attend le remaniement ». Faut-il s'attendre plutôt à un poisson d'avril ? « En tout cas que le gouvernement envoie des projets de lois ou pas pour le mois d’avril, les mois de mai et de juin seront entièrement consacrés au Code civil et à la loi sur la CENI ».

Dernière modification lemardi, 10 avril 2018 15:03
Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Octobre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31