Crève du SLECG : Le goubernement menace, les syndicaleux durcissent le ton

Crève du SLECG : Le goubernement menace, les syndicaleux durcissent le ton

La crève générale et illimitée sur toute l’étendue du territoire, déclenchée par le SLECG le 3 octobre, continue de paralyser le secteur éducatif guinéen. Les bouffe-la-craie boudent résolument les classes pour contraindre le goubernement à ouvrir les négociations sur les huit millions de francs glissants de salaire de base. Actuellement le dialogue est au point mort et le régime du Grimpeur semble avoir opté pour la confrontation. Depuis quelques jours, le PM, Cas-sorry et ses principaux lieutenants disent à qui veut l’entendre qu’il est hors de question d’accorder ces huit millions de nos francs aux gens-saignants. Mounir Cas-marrant, un des conseillés à la Primature a indiqué que les crévistes ne percevront pas leur salaire. Pire, le goubernement étudierait la possibilité de les faire remplacer par d’autres bouffe-la-craie. Une façon de les priver du droit de grève ?
Cette sortie médiatique a énervé les responsables syndicaux du SLECG : « Le gouvernement se trouverait en violation des droits syndicaux en prenant de telles décisions. Quelles que soient les menaces proférées par le gouvernement, nous respecterons ce mot d’ordre. Ces décisions ne nous engagent pas, ce gouvernement nous a trouvé sur place » affirme Aboubacar Soumah, secrétaire gênant du SLECG.
Les responsables du département en charge de l’éducation auraient approché certains étudiants de l’ISSEG, des ENI pour occuper les postes des grévistes. Le secrétaire gênant du SLECG met en garde : « Ils sont en train de recruter ça et là en violation de nos lois. Mais nous nous veillerons à nos établissements. Nous ne pouvons pas faire entrave à la liberté syndicale. Ceux qui sont du personnel et qui veulent travailler peuvent aller travailler. Mais si nous rencontrons un élément qui ne fait pas partie du personnel, nous nous occuperons de lui. Pour nous, cette décision est nulle et de nul effet ».
Ces deux derniers jours, les négociations qui étaient censées continuer au mystère de la Ponction publique, ont été rompues de façon unilatérale par le goubernement. Aboubacar Soumah croit savoir la raison : « Ils veulent qu’on attende la fin de la semaine et qu’on observe ce qui va se passer le lundi. Pendant ce temps ils ont suspendu toutes négociations pour tâter le terrain ».

Dernière modification levendredi, 05 octobre 2018 17:47
Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31