Crises en Guinée : La RADHO revient sur scène

Crises en Guinée : La RADHO revient sur scène

« L’impact de la perte des valeurs sur la stabilité des Institutions Républicaine » est le thème d’une conférence de presse animée ce lundi 8 octobre à la Maison de la paresse par les membres de l’Observatoire de la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADHO) en Guinée. Objectif ? Interpeler les citoyens et les autorités sur les crises qui secouent la Guinée ces derniers temps. Selon Moussa Samoura, coordinateur général de la RADHO, le manque de moral a pris le dessus sur les valeurs républicaines. Conséquence, des crises, à gogo. «Durant ces cinq dernières années, nous avons vécu des crises à répétitions. Nous avons remarqué qu’il y avait cette perte de valeur au niveau des cadres qui impacte sur le fonctionnement de nos institutions : la valeur patriotique, l’éthique, la déontologie. Les gens se sont complètement orientés vers le gain matériel et ils ont perdu carrément le sens de l’honneur». M. Samoura a estimé que les citoyens ne doivent pas perdre de vue cet état de fait. La crise à la Cour Constitutionnelle est un cas palpable et plus que préoccupant aux yeux de la RADHO. «Dans tous les pays démocratiques, la Cour Constitutionnelle est la seconde des institutions. Elle représente le symbole et la sagesse républicaine. Si on entend une telle crise, alors il y a de quoi à s’inquiéter. Comme on le dit souvent, les institutions valent que ce vaut les hommes qui les animent. C’est pourquoi je me suis dit que la crise à la Cour Constitutionnelle n’est pas anodine. Parce que si ces hommes étaient de bonne moralité, de l’intégrité, de patriotisme, franchement on allait pas assister à cette scène », a déclaré Moussa Samoura.
Dans la matinée de ce lundi, Mohamed Lamine Bangoura a pris les rênes de cette Cour. Ainsi, la page Kéléfa Sall est définitivement tournée. Selon la RADHO, les auteurs de cette forfaiture n’ont fait que déplacer la crise. Pour cela, elle n’est pas prête à se taire sur le sujet. Son coordinateur interpelle la conscience collective : « Si nous, citoyens guinéens, nous acceptons ce qui est en train de se passer, il faut sans doute dire que le pire reste à venir. Car on ne peut pas poser un acte aussi grave que celui-ci dans une république responsable». Moussa Samoura a indiqué que la RADHO jouera sa partition à travers des dénonciations. Il mise sur la synergie d’action. « La RADHO va continuer en synergie d’action avec les autres forces sociales à dénoncer et interpeler la communauté nationale et internationale par rapport à la situation », a conclu Moussa Samoura.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Octobre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31