Hadj 2017 : Beaucoup de couacs déjà

Hadj 2017 : Beaucoup de couacs déjà

Le premier convoi de pèlerins quitte Conakry ce mercredi 09 août 2017 en début de soirée pour la Mecque. Cette année encore les candidats ont souffert le martyr avant même le départ.

Les années se suivent et se ressemblent. Le Hadj 2017 est bien parti pour respecter les traditions. Cette année, la Guinée a droit à 7 000 pèlerins. Les agences de voyages privées se partagent 5 200 places, le reste est au compte de l’Etat. Turkish Airlines est la compagnie aérienne chargée de convoyer les pèlerins à la Mecque. Pour l’inscription, il faut cracher un peu plus de 40 millions de francs glissants. Une misère, aux sens propre et figuré. Lundi dernier, les pèlerins ont été appelés à se faire vacciner, première étape du processus. La salle dite polyvalente du centre islamique a abrité l’opération. Venus en grand nombre, les inscrits ont été reçus dans un saint désordre. Pas de liste, pas de rangées, aucune gestion de la file d’attente. Des personnes âgées, des femmes à la merci de la pluie. Il fallait faire parler les muscles ou avoir une connaissance parmi les (dés)organisateurs.

Ibrahima Bah, est un rescapé. Des policiers l’ont gentiment écarté avant la bousculade du lundi  au prétexte qu’il y a rupture de vaccin. Il a obtempéré. Lassés d’attendre, les frustrés ont explosé de colère. Une sainte bousculade s’engage, des sujets fragiles se sont fait piétiner. Les vaccinateurs ont mis fin à l’opération, le temps que la situation se normalise. Depuis ce jour, les pèlerins sont régulièrement appelés à se présenter pour la suite, mais ils sont désorientés. « Le matin, on était à la mosquée Fayçal, on nous a dit que c’est au centre islamique. Je suis venu là, on m’a dit que c’est à la mosquée. Je ne comprends rien. Depuis lundi, je viens ici chaque jour. Je n’ai jamais pu me faire vacciner » dit le futur hadji, se demandant à quel saint se vouer.

Cherif Barry a eu plus de chance pour la vaccination. Juste après la bousculade, un policier l’a appelé ainsi que quelques autres, qui ont ainsi pu recevoir la vingtaine de doses restantes. Son calvaire continue cependant. Il ne sait pas dans quel convoi embarquer, il n’a pas son passeport et ne retrouve pas celui qui l’a inscrit. Il ne connait pas non plus le nom de son agence. Chérif Barry fait la navette entre le centre islamique et la mosquée Fayçal à la recherche du quidam. Son numéro ne passe pas mais il garde espoir de le retrouver très vite. 

En attendant que Chérif Barry retrouve son voyagiste, ses collègues tentent de localiser le lieu de vaccination perdu entre la Mosquée Fayçal et le Centre islamique. Pendant ce temps, les heureux du premier convoi se voient déjà à Djedda. Et vive la République !

Dernière modification lemercredi, 09 août 2017 19:46

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31