Filtrer les éléments par date : mercredi, 24 janvier 2018

Sécurité et égalité des genres : Des femmes journaleuses (dé)formées

Le 17 et 18 janvier s’est tenu à Cona-cris un atelier de formation à l’intention d’une dizaine de femmes journalistes des médias publics et privés. Le thème ‘’La sécurité et l’égalité’’. Une initiative de l’Association des Journalistes de Guinée, l’Agence Guinéenne de Presse appuyée par l’Union des Journalistes Norvégiens. Les formateurs, Mmes Diaby Denise, Kadiatou Thierno Diallo et M. Kabouyan, tous journalistes, ont à travers cet atelier restitué leur expérience d’un premier atelier sur le même thème tenu à Dakar en décembre dernier.

À l’entame, Alpha Kabinet Doumbouya, journaliste et directeur général de l’AGP a souhaité la bienvenue aux participantes et les a exhorté à suivre avec intérêt cet apprentissage.

Au cours de l’atelier, plusieurs sous-thèmes ont été débattus : comment accepter la différence, faire face à la discrimination, au harcèlement sexuel, revendiquer ses droits, la sécurité sur le terrain. Objectif, amener les femmes à réfléchir à la façon d’aborder leurs problèmes et comment se concentrer sur leur plaidoyer et leur défense.

Sur le harcèlement sexuel, un enchainement d’agissements hostiles à connotation sexuelle dont l’intensité affaiblit psychologiquement la victime (trouble du sommeil, manque d’appétit). Son but est d’intimider, dominer en vue d’organiser un acte sexuel. Il désigne aussi les sollicitations de faveur au travail sous peine de sanction. Pour éviter le harcèlement, les journalistes doivent jouer leur partition, en soignant leur habillement et adopter un bon comportement vis-à-vis des collègues et des chefs hiérarchiques. En cas de tentative de harcèlement, dénoncer le plus vite possible avec des preuves concrètes et porter plainte. Ne pas avoir peur de la perte de l’emploi.

Les journaleuses ont proposé d’animer des émissions interactives sur les façons d'éviter la discrimination et le harcèlement sexuel dans les entreprises. Organiser des journées de sensibilisations sous forme de marche en impliquant le ministère de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance. Ensuite créer des mouvements syndicaux.

Au terme d’intenses travaux de réflexions, des attestations ont été délivrées aux participantes. « Nous retenons que la femme doit d’abord se respecter, s’affirmer, se former avant de réclamer ses droits. On a réalisé qu’on ne peut parler d’équité que lorsqu’on sait réellement ce qu’on veut. Cette formation nous a appris en tant que femme, comment surpasser moralement toutes les discriminations physiques et psychiques », a dit Mamata Sanguiana Camara du groupe Gangan, la porte-parole des participantes. En conclusion, elle a remercié les formateurs qui ont été « à la hauteur » et a promis au nom de ses collègues, de faire bon usage de la formation.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31