Politique

Arrestation de Elie Kamano : Thierno Monénembo s'insurge

Urgent : Elie Kamano arrêté par des gendarmes

La marche organisée par Elie Kamano ne sera pas allée bien loin. L’artiste et activiste guinéen a été arrêté ce lundi 17 juillet aux environs de 9 heures au rond-point de la Tannerie, point de départ de la marche.

Promotion du 3è Mandat : Makanéra Caquet se paie Saran Kaba, La Daraba

Lors de l’assemblée hebdomadaire de l’UFDG le 8 juillet, Makaréna Caquet a remonté les brettelles de Saran Daraba Kaba, ex-candidate à la présidentielle de 2010 avec 0%, nouvelle promotrice du 3è mandat, selon laquelle la Constitution manque de légitimité.

Assemblée générale de l’UFDG : La Petite Cellule bat le rappel des troupes !

L’UFDG a tenu son assemblée hebdomadaire, ce samedi 8 juillet. Après l’annonce du calendrier des manifestations de l’opposition républicaine, l’heure était au rappel des troupes en prévision des meetings et marches annoncés. Makaréna Caquet et Dembo Sylla du parti UDG étaient à cette assemblée pour prêter main-forte à la Petite Cellule et son parti, fragilisés par des annonces anti-manifestations.

Bantama Sow aux militants : «l’UFDG est un parti de terroristes »

Le RPG Arc-en-ciel a tenu son assemblée générale, ce samedi sous la présidence de Saran Kaba Daraba, qui a remercié militants et sympathisants pour le déplacement malgré la pluie battante. Sanoussy Bantama Sow, comme d’habitude s’est distingué par ses diatribes contre la Petite Cellule Dalein Diallo et son UFDG.

Opposition républicaine : La manif c’est le 2 août

La plénière de l’opposition respire-lacrymogène s’est tenue ce jeudi, au quartier général de l’UFDG. Baffoé et sa clique n’ont qu’à bien se tenir, le 2 août 2017, nos opposants « républicains » entendent marcher avec tous les Guinéens pour exiger du pouvoir l’application de l’accord politique, lutter contre la vie chère et l’insécurité.

Crise à la CENI : L’opposition pour l’application de l’accord

Il y a deux jours, Bakary Faux-fana a été déposé par les commissaires, même s’il conteste sa destitution. Le nouveau prince se nomme Amadou Salif Kébé. L’opposition républicaine annonce qu’elle n’a que faire de qui est prési de la CENI.

Guinée : Naissance d’un mouvement contre la mauvaise gouvernance

La PECUD, entendez Plateforme des citoyens unis pour le développement en collaboration avec le réseau des cellules de veille citoyenne ont présenté, ce 5 juillet, à la maison de la presse, le mouvement Stop à la mauvaise gouvernance, avec le slogan Gabegie, Injustice, Impunité, Détournement, Stop. Cette initiative entre dans le cadre de son programme de promotion de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit. Composé essentiellement de jeunes, ils s’engagent à relever le défi de la bonne gouvernance à travers des activités de contrôle citoyen de l’action publique, et dénonciation de la mauvaise gouvernance. Ils sont en réseau et sont présents un peu partout en Guinée : régions, préfectures. Le mouvement s’appuie sur ces comités pour l’atteinte de ses objectifs.

Stop à la mauvaise gouvernance, recrute en ligne tous les citoyens qui voudraient rejoindre le mouvement. A date, elle compte 727 membres, selon Sainte-Anne Kamano, porte-parole du mouvement. Le mouvement dispose d’une plateforme d’alerte et de dénonciation sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter). Diffusion sur France 24 d’une vidéo sur la tracasserie policière au niveau des barrages. Le mouvement a aussi fait des enquêtes sur des contrats publics.

Il compte organiser dans les jours à venir des conférences débats sur la situation sociale et politique dans les universités et maison des jeunes de Conakry, en vue de susciter l’éveil de la conscience citoyenne. Puis organiser une campagne de veille sur la corruption de proximité en affichant les tarifs officiels des prestations de service de l’Etat à tous les niveaux et enfin mettre à la disposition de la population un numéro vert pour alerter et dénoncer des actes de mauvaise gouvernance.

Alpha Ibou Keira tacle la Cour constitutionnelle : Les contentieux électoraux lui « permetta » d’avoir de l’argent !

Lors de l’assemblée hebdomadaire du RPG tenue ce samedi 1er juillet, l’ex-baron du régime Conté, désormais membre du bureau politique du RPG a chargé la Cour constitutionnelle qui profiterait de sa position de leader pour prendre des arrêts peu commodes, simplement parce qu’ils sont inattaquables. Keira oublie que quand on est roi, on règne. S’il accepte de se plier à la décision, il soupçonne la Cour d’avoir d’autres motivations. « Toute l’année, elle ne fait qu’utiliser le budget de l’Etat sans résultat. La Cour ne travaille pas pratiquement ». Comme c’est souvent le cas en Guinée, Ibou Keira s’attendait à ce que la Cour rejette le texte, ce qui amènerait à mettre la loi de côté pour dialoguer. Encore et encore. Comme toujours. Depuis 2010, malin celui qui connait le nombre de dialogue tenu. Mais la Cour a décidé cette fois qu’on fera avec la loi. Yako !

Ibou Keira se dit surpris de voir la Cour Constitutionnelle « valider un document issu d’un dialogue politique, mais pense que c’est parce que les contentieux électoraux lui permettront d’avoir de l’argent ». Contentieux électoral, hein ! Dieu seul sait qu’il y en aura. Alors, la Cour n’a qu’à apprêter ses poches.

Validation du Code électoral : Contradiction au RPG Arc-en-ciel

Même si le Code n’est pas encore promulgué, l’opposition républicaine a quand même applaudi des mains et des pieds après sa validation du Code électoral par la Cour constitutionnelle. Et a salué un début d’application de l’accord, même si elle ne renonce pas à manifester. Au RPG Arc-en-ciel, les avis sont contraires. La décision ne passe pas chez tout le monde. Pendant que certains rient jaune, Alpha Ibou Keira rit rouge. Lors de l’assemblée générale de son parti tenue ce samedi 1er juillet, le membre du bureau politique du RPG Arc-en-ciel a fait part de sa stupéfaction face aux conclusions de la Cour constitutionnelle qui valide un document issu d’un dialogue politique. S’il se dit obligé de s’en accommoder comme tous les pourfendeurs du Code électoral, il trouve inopportune sa décision de vider quelques éléments du texte et demander au Président de la République de promulguer le reste.

S'abonner à ce flux RSS

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Juillet 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31