UFR : Le parti signe son retour dans le comité de suivi

UFR : Le parti signe son retour dans le comité de suivi

Le retour de l’UFR (Union des forces rétrécies) dans le comité de suivi des accords du 12 octobre 2016, l’ouverture de la session des lois étaient à l'honneur à l’assemblée générale ce samedi 7 avril à Matam.

Boubacar Barry la vice-bosse du parti explique que lors de la première rencontre du comité de suivi ce vendredi, acteurs politiques, société civile, cadres de l’administration, diplomates étaient présents. Désignés pour représenter l’UFR au comité de suivi, Deen Touré et Boubacar Barry ont mis sur table les réclamations du parti, notamment la restitution des voix annulées lors des élections communales du 04 février. « Cela a été retenu en bonne place dans l’agenda », dixit Bouba Barry. En dehors de cette revendication, d’autres points aussi ont été évoqués : l’assainissement du fichier électoral, la reforme de la loi sur la CENI, l’indemnisation des victimes. Depuis l’accession au pouvoir du Grimpeur, plus de 90 personnes ont été tuées, s’indigne Bakary Goyo Zoumanigui. « Ils ont droit à la justice, il ne faut pas résoudre le problème à moitié. Il faut le résoudre en entier ».

De la session des lois

S’agissant de l’ouverture de la session de lois, la dernière au compte de cette législature, la vice-bosse de l’UFR dit ne pas comprendre que sur 30 textes de lois proposés, seulement six soient recevables. Est-ce sciemment fait par le gouvernement ou bien par médiocrité, s’interroge Bakary Goyo Zoumanigui. Même que l’UFR compte aussi déposer cinq à six propositions de lois, dont une sur le contrôle de qualité des produits destinés à la consommation.
Le dépité Saikou Yaya Barry a pour sa part parlé de la portée de l’adoption d’une loi relative à la règlementation du loyer, qui a fait l’objet d’un sit-in devant l’hémicycle lors de la rentrée parlementaire. « Le loyer est cher à Conakry vu le revenu des citoyens. C’est quelque chose d’anormal qui devait frapper nos gouvernants parce qu’ils sont là pour ça».

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31