Kalémodou Yansané accuse : « Le pouvoir joue à la désinformation et à l'arrogance ».

Le dialogue de sourds au mystère de l'Administration du trottoir entre gouvernants et zopposants sur le contentieux électoral semble rompu. Du moins pour le moment. L'opposition respire-lacrymogène a suspendu sa participation « manque de volonté de la part du pouvoir à trouver une solution ». Les zopposants entendent même reprendre leurs manifestations pour accentuer la pression sur le régime Grimpeur. À l'assemblée générale hebdomadaire de l'UFDG ce12 mai, Kalémodou Yansané, candidat du parti à la mairie de Matoto, a accusé le camp présidentiel de verser dans la désinformation : « Ils jouent à la calomnie, à la désinformation et à l'arrogance. Amadou Damaro dit que c'est l'opposition qui ne veut pas aller aux élections. Ce n'est vrai. Nous avons dit par exemple à Ratoma c'est un seul quartier qui est mis en cause, à Matoto 71 bureaux de vote sur 950. Il faut être quelqu'un qui ne se soucie pas de l'économie du pays pour annuler les élections à cause de quelques bureaux de vote. On ne peut pas annuler plus de 1 000 bureaux de vote à cause d'une soixantaine d'autres ». 

Malgré la proposition faite par les experts de la communauté internationale, mouvance et opposition n'arrivent toujours pas à rapprocher leurs positions. Et à l'UFDG, on tient jusqu'à présent à la publication des "vrais resul...tares". Sinon… c’est la rue : « Nous avons accepté la proposition que la communauté internationale a faite, la mouvance a refusé. Même le ministre ( Bouréma Con-dé) qui était très engagé au départ dit maintenant qu'il n'ouvre pas un procès à son niveau et qu'il se limite au résultats proclamés par les CACV. Pourquoi alors on est parti au comité de suivi ? Voilà pourquoi nous allons recommencer à protester dans la rue. Malgré le mois de ramadan, nous n'avons d'autres choix que de défendre la vérité. Tant que la vérité n'est pas dite nous ne pouvons pas rester tranquilles » martèle Kalémodou Yansané. 

Les opposants appellent déjà leurs militants à tuer la capitale Cona-cris le lundi 14 mai. Les dépités de l'opposition observeront également cette journée ville-morte à leur façon, en boudant l'hémicycle ce jour.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Novembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30