Crève de l'éducation : Oussou Fof apporte son soutien au SLECG

Crève de l'éducation : Oussou Fof apporte son soutien au SLECG

Les années se suivent et se ressemblent. Alors que 2018 et son cortège de violences et de meurtres vient de s'achever, 2019 ne démarre pas sans tension dans le bled. Les crève des bouffe-la-craie et le bras de fer autour de l'exécutif communal de Matoto focalisent toujours les attentions. Ces deux points ont été à l'ordre du jour de l'assemblée générale de l'UFDG, ce samedi 5 janvier. En l'absence de la Petite Cellule Dalein (en déplacement à l'intérieur du pays), Oussou fof, s'est chargé de tirer à boulets rouges sur l'Alphagouvernance.

Depuis le 3 octobre dernier, le secteur éducatif guinéen est paralysé par une crève déclenchée par le SLECG. Aboubacar Soumah et sa troupe réclament une misère de 8 000 000 de francs glissants de salaire de base. Depuis, le goubernement a tout tenté : dialogue (de sourds), déploiement des contractuels dans les salles de classe, gel des salaires, emprisonnement et condamnation des bouffe-la-craie. Pour durcir un peu plus le ton, le Cas-sorry Fofana envisage la radiation de tous les grévistes dans les prochains jours. En réponse, le SLECG compte battre le pavé le 7 janvier prochain. Oussou Fof lui pointe du doigt la démission des Guinéens : « On est en train de démissionner. L'éducation n'est pas le problème de Soumah, de Tounkara ou des enseignants, nous sommes tous concernés par ce qui se passe. Comment pouvons-nous croiser les bras face à ce gouvernement arrogant qui met à l'eau l'avenir de nos enfants ? Nos enfants n'étudient pas. Les enseignants qui ne veulent pas que leur salaire soit gelé viennent à l'école à 8h, à 8h et demi ils partent. Il y'a une démission totale des parents d'élèves, de nous tous en tant que citoyens. On ne peut pas accepter l'inacceptable, levons-nous ».

Le prési du groupe parle-menteur Libéral-démocrate a également fustigé l'amateurisme et le militantisme du ministre de l'éducation nationale et de l'Alphabétisation, Mort Sangaré : « Vous voyez un militant du RPG arc-en-ciel, fondateur du mouvement Dioken Alpha, qui ne peut même pas enseigner dans une école primaire parler de la radiation des enseignants. Tout cela parce qu'il se sent fort du soutien d’Alpha Condé ». Pour accentuer la pression sur le goubernement, Oussou Fof demande à tous les responsables et militants de l'UFDG de se joindre aux enseignants pour la marche du lundi.

Il a egalement été question du blocage autour de l'installation de l'exécutif communal de Matoto. Le vice-prési de l'UFDG met en garde contre tout éventuel forcing : « Le RPG arc-en-ciel s'est rendu compte de son poids lord des élections locales. Nous voulons dire à monsieur Alpha Condé d'accepter au nom de la paix qu'on continue l'élection des maire-adjoint à Matoto. Quiconque encourage monsieur Alpha Condé à faire le forcing, il marchera certainement sur les cadavres de beaucoup de personnes parce qu’on n’acceptera pas. Nous avons gagné et nous demandons à ce que Kalémodou soit installé dans ses fonctions »

Yacine Diallo

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Janvier 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31