La Petite Cellule sur le déguerpissement de 1998 : « Je n’ai pas soutenu la casse »

L’opposition respire-lacrymogène a soufflé sur la braise ce jeudi 14 mars Coléayah. La Petite Cellule Dalein Diallo et ce qui reste de ses lieutenants étaient venus bavarder sur les sujets brûlants de l’actualité du Bled. Sélections locales du 4 février 2018, échéances électorales futures, supposé deal entre le prési de l’UFDG Alpha Grimpeur pour le troisième mandat, le déguerpissement à Kaporo-rails… et tout et tout. Les opposants en aient gros dans les cœurs.   

Interdits de manifester depuis juillet 2018, acculés par le pouvoir Grimpeur, les leaders de l’opposition respire-lacrymogène ont choisi une conférence de stress pour dénoncer les ‘’dérives grimpants’’ du Prési Alpha Condé et de son goubernement. Après Kaporo-rails, les bulldozers du mystère de la Ville et du déménagement du trottoir sont entrés en action dans la zone de Kipé 2. Sous la bénédiction d’Ibou Kourourouma, ils détruisent tout sur leur passage. Pour la Petite Cellule Dalein qui condamne cette opération, l’Etat est allé sans la manière : « L’opposition réitère sa condamnation de la manière dont le gouvernement a procédé pour déguerpir les populations de Kaporo-rails. Pour nous c’est inadmissible. On peut même se poser la question est-ce que Alpha est Guinéen parce qu’un Guinéen ne peut pas traiter son compatriote de la sorte. Si on estime qu’il est opportun et urgent de récupérer ces domaines, il faillait faire une étude d’impacts, recenser les bâtiments, les évaluer et voir si la décision de libérer l’emprise est pertinente. L’Etat ne peut pas traiter ses citoyens comme ça ». Le chef de pile de l’opposition estime qu’il y a deux-poids deux-mesures : « Il y a 25 zones réservées selon le schéma directeur de Conakry. Alors pourquoi Kaporo-rails seulement ? On a même déclassé certaines zones. Même si ce n’était pas pour servir le clan, ce sont des citoyens qui sont là, ils méritent le respect, la dignité. L’Etat ne peut pas créer une telle calamité. Il fallait user de tous les recours, persuader, convaincre et recaser ces citoyens. Malheureusement la plupart d’entre eux sont identifiés comme des militants de l’UFDG. Peut-être c’est ce qui explique cette brutalité, cette humiliation ».

Depuis le début de l’opération, les détracteurs de la Petite Cellule disent à qui veut l’entendre qu’il est en train de faire de la récupération. Ils en veulent pour preuve la déclaration de l’opposant lors de la casse de 1998. À l’époque, ministre des Travaux publics, il avait évoqué la nécessité pour le régime Conté d’ouvrir des routes et de viabiliser des domaines dans la zone. Mais pour le patron du principal parti de l’opposition, les gens font une mauvaise interprétation : « Je n’ai pas soutenu la casse de 1998, j’étais en Europe en mission de l’Etat, je n’avais pas une maitrise parfaite des motifs. J’ai dit que pour l’ouverture des voies, on ne peut pas ne pas casser, que ce n’est pas une question des droits humains. J’ai parlé de l’ouverture des voies et de la viabilisation des domaines. Lorsque je suis rentré, j’ai vu la casse, croyez moi j’ai pris des initiatives pour que ça s’arrête. J’ai interpellé Kassory qui a mené une action déterminante auprès du président de la république. On s’est retrouvé, on a dit il faut que ça s’arrête. On est allé voir le président par deux fois, il a accepté. J’ai été le premier à attirer l’attention du chef de l’Etat, Kassory est témoin ».

Dans un article paru hier mercredi, La lettre du Continent a révélé qu’Alpha Grimpeur et son principal challengeur ont passé un deal via l’ancien chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy pour permettre au champion du RPG de foncer tout droit vers un 3e mandat. Une diffamation selon la Petite Cellule : « C’est de la diffamation pure et simple. Vous savez bien que c’est impossible, aujourd’hui tout dialogue est coupé entre lui et moi. Il n’y a aucune négociation possible entre lui et moi. Je suis attaché au respect de la Constitution et au respect du verrou de la limitation du nombre de mandats. Cela est impossible et cette discussion n’a pas eu lieu ».

Yacine Diallo

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Mars 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31