Cimetière de Bambéto : L’opposition a enterré ses morts

Martyrs pour les uns, loubards pour les autres, Ismaël Bah et Ibrahima Sory Sow, assassinés le 20 septembre, ont rejoint leur dernière demeure ce mercredi 27 septembre au cimetière de Bambéto. Un coin spécialement réservé aux ‘’martyrs’’ tombés sous les balles assassines du régime Alpha Grimpeur.

Ces deux jeunes viennent rallonger une liste macabre de 83 morts. Après la prière de 13 heures, et les formalités islamiques à la mosquée de Bambéto, les dépouilles ont pris le chemin du cimetière non loin de là, portés par des jeunes révoltés qui crachaient leur colère sous forme de slogan : « Alpha, assassin », « justice pour les victimes ». A la suite du cortège funèbre, la sono UFDGiste jouait Liberté, l’hymne national guinéen.

Après l’enterrement, Zagamor (ou vif) Sylla, mégaphone de l’opposition, donné par certains parmi la délégation du Grimpeur en partance pour la Russie, s’est adressé à la foule. Comme pour démentir les rumeurs. Le mégaphone a fait savoir que l’opposition est triste, mais aussi en colère contre ce régime barbare. « Nous sommes à la 83ème personne tuée suite à une manifestation pacifique, alors qu’il est interdit d’utiliser des armes de guerre pour maintenir l’ordre. Le maintien d’ordre ne s’adresse pas à des militaires ou à des rebelles, mais à des citoyens libres, sans armes ».

Il a promis que cette fois, l’opposition exigera des comptes au gouvernement Youyou et appelle à rester encore plus engagé, pour que le sacrifice ne soit pas vain. Mercredi prochain, Zagamor demande aux partisans d’être plus nombreux dans la rue contre l’impunité. « Rentrez calmement, reprenez vos forces, accumulez beaucoup d’énergie pour la marche du mercredi ». Ce sera le seul orateur, La Petite Cellule Dalein n’a pas fait d’apparition publique au cimetière. Il était calme.

La journée ville-morte ce jeudi reste en vigueur.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31