Communales: « Une fois élu, je promets de renouveler le contrat avec le Barça », dixit Ousmane Pelé Diop

Communales: « Une fois élu, je promets de renouveler le contrat avec le Barça », dixit Ousmane Pelé Diop

Dans le cadre de la campagne pour les sélections communales de 2018, Le Lynx réalise une série d'interview des candidats, axée sur leur programme. Nous vous livrons l'entretien réalisé avec Ousmane Pelé Diop, candidat UFDG pour la circonscription de Kaloum.

Lelynx.net : Vous êtes candidat dans ces élections communales en lice pour la mairie de Kaloum, mais peu connu de vos électeurs. Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours pour prétendre diriger cette commune ?

Ousmane Pelé Diop : Pour commencer, je vous dirai que je suis très connu à Kaloum, au regard des activités sportives que j’ai eues à exercer dans cette commune. J’ai été, de 1993 à 2013, entraîneur de l’équipe nationale de football et dans certains clubs. C’est lorsque j’ai adhéré à l’UFDG que j’ai cessé d’entraîner. Donc, cela prouve à suffisance que je suis connu à Kaloum et surtout au niveau de la jeunesse.

Qu’est-ce qui motive votre candidature ?

Ce qui me motive, c’est que j’ai vu au niveau de cette commune que la jeunesse, les femmes sont oubliées et l’insalubrité bat des records. C’est pourquoi je me suis porté candidat pour faire un changement dans cette commune.

Chaque commune a ses problèmes particuliers. En avez-vous fait l'inventaire ? Quel est le problème le plus préoccupant selon vous à Kaloum ?

Le problème le plus préoccupant à Kaloum est l’insalubrité. Kaloum aujourd’hui est la commune la plus sale. Les étrangers qui y entrent sont parfois obligés de se boucher le nez. Je me battrais dans ce sens pour que Kaloum soit le Kaloum d’hier, c’est-à-dire que la propreté soit là et que ceux qui viennent pour travailler et ceux qui y vivent ne se plaignent pas.

En matière de santé, qu’est-ce que vous proposez aux habitants ?

Je me battrais pour que la césarienne ne soit plus payante. Parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’Alpha Condé l’avait promis, mais il ne l’a jamais réalisé. Beaucoup de nos femmes perdent la vie au cours de l’accouchement faute de moyens. Donc quand je serais élu, je promets qu’aucune femme ne payera la césarienne. Ensuite, je me battrais aussi pour qu’un centre de santé soit construit pour la commune, afin que les jeunes, les femmes reçoivent de bons soins.

Parlant de l’éducation, quels sont les problèmes criards et comment compter-vous y remédier ?

Au niveau de l’éducation, notre commune a des problèmes, parce que si vous partez dans les établissements scolaires, vous trouverez les enfants assis à six et même à sept par table. Donc, je ferais en sorte que chaque année que ces établissements bénéficient de plus de tables-bancs. Je compte en plus renouveler tous les établissements de la commune pour que les enfants qui viennent y étudier se sentent mieux.

Par rapport à l’emploi, combien y a-t-il de chômeurs et comment comptez-vous lutter contre le phénomène ?

Vouloir donner le chiffre exact de chômeurs dans ma commune, je risque d’aller à côté, mais je dirai qu’à Kaloum, les jeunes sont vraiment lésés, la majeure partie est au chômage. C’est pourquoi, vous les retrouvez toujours autour du thé ou dans les bars-cafés. Pendant mes 5 ans à la tête de la commune, je me battrai pour employer au moins 500 jeunes et pour que chaque année, j’essaie de faire employer au niveau de chaque entreprise qui sont à Kaloum, 100 jeunes pour diminuer le chômage.

L’insécurité est en nette progression dans le pays. Quelle est la situation dans votre commune et quelles sont vos solutions ?

L’insécurité bat effectivement son plein à Conakry, mais au niveau de Kaloum il y a la sécurité, parce que la police et la gendarmerie sont là. Mais je me battrais afin de créer la police municipale tout en recrutant des jeunes volontaires qui vont travailler pour la commune afin de sécuriser la cité. J’emploierai ces jeunes de concert avec le gouvernorat et le ministère de la Décentralisation pour qu’ils aient une sorte de prise en charge.

En matière de promotion féminine, que comptez-vous faire ?

C’est l’une de mes priorités. A Kaloum, les femmes vendeuses souffrent énormément, surtout celles du marché Niger. L’Etat vient s’ingérer dans la gestion de la commune. Nos femmes pleurent à tout moment. Je me battrais pour que le droit de la commune soit au niveau de la commune et non au Gouvernorat. Ensuite, j’aiderai les femmes du marché à retrouver leurs droits.

S’agissant du domaine culturel, à part les maisons des jeunes qui ont un bilan mitigé, qu’avez-vous prévu pour la commune ?

La culture est totalement morte à Kaloum. De Boulbinet en passant par Tombo jusqu’à Kassa, je vais faire renaître la culture. L’orchestre Kaloum Star et la Troupe fédérale de Conakry 1 d’antan vont revivre. Je mettrai en place une troupe communale des artistes, pour que la jeunesse retrouve sa valeur d’antan.

Notre Etat-civil a très mauvaise image. Comment comptez-vous améliorer la gestion de l’Etat-civil dans votre commune ?

Pour la gestion de l’Etat-civil, je vais m’investir en surveillant sérieusement la sortie et l’entrée de tous les documents y afférents. Je veillerais à ce que tout Etat-civil donné à un citoyen soit respecté sur le plan national et international.

Parlant de l’urbanisation, de la gestion foncière, de l’accès aux services de base (eau, électricité, logement, espace de détentes, etc…) le transport public, les voiries urbaines et l’assainissement, qu’avez-vous prévu ?

C’est un problème criard au niveau de Kaloum. Le matin tout le monde descend à Kaloum pour travailler. La circulation a pleins de problèmes et la police est totalement absente pour la régularisation de la circulation. J’adopterai de nouvelles méthodes, pour diminuer ces embouteillages.

Comment comptez-vous mobiliser les moyens nécessaires pour la réalisation de vos objectifs ?

La mobilisation des moyens pour la réalisation de mes objectifs sera beaucoup plus basée sur l’entrée des taxes que la commune gagne, parce que l’Etat investit à Kaloum au moins six milliards de francs guinéens par an. Je demanderais une augmentation de ces six milliards, parce que ce montant ne peut pas entretenir Kaloum.

Le mot de la fin ?

Evidemment, le sport me tient à cœur, en tant que sportif. Donc, je vais m’employer pour la promotion des jeunes sportifs de Kaloum. Il y a eu un contrat qui a été signé entre les jeunes sportifs de Kaloum et le club Barça où chaque année, 10 jeunes sportifs de Kaloum doivent partir pour un an de formation. Cela aiderait à diminuer le chômage, la délinquance. Je promets qu’une fois élu, de renouveler ce contrat pour que les jeunes de Kaloum puissent en bénéficier.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Novembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30