Eric Thiam à Alya Diaby : « Ceux qui s'affirment juristes constitutionnalistes violent allègrement la constitution et les lois »

L’élection de Alya Diaby continue à faire couler encre et salive. Eric Thiam, juriste constitutionnaliste, ancien membre du CNT, Conseil national de la transition y est allé de son commentaire. Il semble que Alya Diaby ait réussi à se faire élire président de l’INIDH, c’est légalement contre nature, écrit-il. « Il a été à la Cour constitutionnelle sur sa qualité de membre de l'INIDH. Dès cette élection, les règles d'incompatibilité de la Loi L/2011/008/CNT du 10 mars 2011 le plaçait devant une option, il reste au sein de l'INIDH et renonce à aller la Cour constitutionnelle ou bien, il choisit le mandat de la Cour et perd celui de l'INIDH. Il a été membre de la Cour, qui plus est vice-président, il ne peut donc prétendre avoir conservé son siège à l'INIDH. Le sort l'ayant frappé à la Cour, il revient réoccuper son siège à l'INIDH comme si l'épisode de la Cour ne se serait pas passé. Le prétexte serait qu'il n'aurait pas été remplacé après son départ. A permettre ces choses illégales, on fera le lit à plusieurs conséquences ».
Selon le juriste, la Constitution a été une première fois violée par l’envoi de Therna Sano et la personne désignée par le président de l'Assemblée nationale « qui ne remplissaient pas les conditions d'âge et d'ancienneté fixées par la Constitution. Le risque plus grand est l'envoi de personne dont la Fontaine avait dit : d'un magistrat ignorant, je salue la robe ».
Je ne suis pas à Conakry pour indiquer précisément les articles sur les incompatibilités qui rendent cette élection de Alia nulle. Mais, en fait, l’article 31 de la loi L008 stipule : « La qualité de membre de l’Institution est incompatible avec toutes autres fonctions électives ». Et le candidat malheureux, Me Frédéric Foromou Loua l’a évoqué, et compte attaquer l’élection de Alya Diaby à la Cour constitutionnelle sur la base de cet article. Mais plus grave selon Eric Thiam, ce sont ceux qui s'affirment juristes constitutionnalistes qui violent allègrement la constitution et les lois.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Mai 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31