Manifs à Mandiana : Des jeunes en colère contre Alpha Grimpeur

Très tôt ce mardi 10 avril, des jeunes de la préfecture de Mandiana, remontés contre le régime ont paralysé toutes les activités de la localité durant des heures. Ils ont exigé l’arrêt de tout service administratif jusqu’à la finition des travaux publics de ladite localité, entamés par le grimpeur depuis belle lurette.

Louceny Coulibaly, un jeune leader de Mandiana, joint au téléphone témoigne : « notre revendication porte sur les actions entamées par l’Etat qui sont inachevée à savoir le bitumage de la route Kankan - Mandiana, débuté en 2015 dont les travaux après avoir atteint 16 km de goudron sont bloqués, la rénovation grande mosquée de la commune urbaine, en souffrance depuis très longtemps où les fidèles musulmans prient sous un hangar, l’achèvement de la maison des jeunes de Mandiana. Une action prioritaire est la construction d’un pont sur le fleuve Sankarani qui doit quitter maintenant la phase d’étude de faisabilité pour la concrétisation », avant d’ajouter que leur revendication est pacifique et légale. « A Mandiana, la jeunesse ne cassera rien mais la jeunesse va réclamer son droit ».

Ces jeunots en colère ont été reçus par le préfet Cheick Diallo, première autorité préfectorale administrative. « Il nous a reçu chez lui à bras ouverts et il nous a confié que ses idées et les notres vont dans le même sens, c’est-à-dire que le développement de Mandiana est la priorité de tous, et qu’il menera aussi son combat face à notre demande ».

Toutes nos tentatives de joindre les autorités préfectorales sont resté vaines. Ces grognards donnent au prési Grimpeur jusqu'au 12 avril, soit deux jours au moment où nous écrivons ces lignes, pour relancer les travaux. «  Nous exhortons le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé à résoudre les points qu’on a listé. Au cas contraire, nous comptons paralyser toutes les activités administratives à Mandiana » lance Louceny Coulibaly au nom des grognards.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30