Mort des quadruplés : Mr Saïd Nour Guissé, le père des bébés livre ses attentes

En marge d’une marche blanche et silencieuse organisée par du Collectif pour une Prise en Charge Humanisées des Femmes Enceintes et des Accouchements (CPCHFEA), le week-end dernier, dans le but de dénoncer les mauvais traitements qu’elles subissent dans les hôpitaux et cliniques privées de la place. Le couple Guissé, parents des quadruplés décédé le 5 mai dernier à la clinique MEDECIS de professeur Tely Sy à Lambanyi, suite à une négligence. Présent à la marche Mr Saïd Nour Guissé, est revenu sur ses attentes vis-à-vis de autorisés guinée-haine.

Selon lui, « nous voulons que le ministère de la santé prenne son bâton de pèlerin et qu’il se mette à notre place pour que le choc qui nous est arrivé n’arrive plus à d’autres guinéens. Car je vous assure que c’est un choque qui est vraiment difficile à digérer », avant d’ajouter que « depuis que cela nous est arrivé madame et moi essayons de nous remettre progressivement mais vraiment ce n’est pas facile. Actuellement ma femme est traumatisée, elle n’arrive pas à dormir la nuit, elle souffre énormément. Raison pour laquelle on a rejoint ce collectif des victimes de professeur Tely Sy, car nous ne pouvons pas rester sans répondre à cet appel après ce qu’on a subit ». Il estime que si les autorités sont prévenues, elles pourront prendre des décisions afin que ce genre de pratique cesse dans notre pays.

Malgré ces dénonciations il y avait beaucoup de personnes victimes qui étaient dans l’ombre, Mr Guissé affirme que c’est quand ils ont décidé de faire recours à la presse que les victimes ont fait sortir la tête gauche à droite. « Heureusement qu’on a décidé de passer par la presse, aujourd’hui les cas répertoriés sont innombrables, il y en a peut-être des personnes qui ont peur de témoigner, ou des personnes qui disent que pour des raisons ou d’une autre nous allons rester dans l’ombre mais ce qui est sûr le ministère doit tenir compte de tous ces aspects pour qu’en fin nous soyons rétabli dans nos droits » parce que dit-il « j’estime que nous sommes dans un Etat ou l’on doit être en sécurité. Et la sécurité ne relève pas seulement de l’armée. Certes le corps militaire joue son rôle, mais à mon avis notre sécurité doit être assurée aussi par les médecins parce que le métier de médecin est un métier noble, notre vie dépend d’eux. Peut-être, disons par malveillance de celles des mauvaises gaines qui sont parmis eux, certes ils ne sont pas tous pareils. Mais certains d’entre eux n’agissent pas conformément au serment d’hypocrate qu’ils ont prêté. Et grâce à ce métier, s’il l’exerce correctement en adoptant de bons comportements, ils ont la chance de rentrer au paradis » laisse entendre Mr Guissé.

Pour terminer ce père meurtri de tristesse a salué la bravoure et la détermination de ces nounous sans oublier le rôle que la presse joue, qui selon lui, « se sont mobilisés et ont acceptés d’accompagner nous étant victimes de cette tragédie afin que ces genres de pratiques cessent dans notre pays en interpellant l’aide de la justice ».

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Juin 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30