Gouvernance sanitaire : Quel rôle pour les citoyens ?

Gouvernance sanitaire : Quel rôle pour les citoyens ?

Du 21 au 23 novembre, 25 journalistes de la presse écrite ont été formés sur les principes common ground, c’est-à-dire des journalistes sensibles aux conflits. Formation assurée par Serach for common ground dans le cadre du projet Participation des Citoyens à la Gouvernance de la Santé (CIHG) qui vise à améliorer la compréhension des réformes engagées du système de santé par les citoyens ainsi que leur participation aux réformes. « Il s’agit d’engager les journalistes à s’intéresser aux réformes entreprises par le gouvernement. En informant la population, pour renforcer la participation des citoyens dans la mise en œuvre de ses réformes. Faire en sorte que les populations contribuent à la mise en œuvre de ce qui marche » a précisé le formateur, Ouattara About Karno.

Après Ebola, le gouvernement a entrepris des réformes. Il a élaboré Plan national de Développement sanitaire 2015-2024, une Stratégie de Relance et de Résilience socio-économique post-Ebola 2015-2017. Cependant, la société civile, les médias et le gouvernement doivent collaborer « plus efficacement et plus largement pour faire progresser la réforme de manière substantielle ». Le projet CIHG, en partenariat avec les acteurs de la société civile, les médias et le gouvernement, travaillera dans les huit régions administratives en vue de « soutenir le gouvernement afin qu'il comprenne mieux les prochaines étapes critiques de la réforme de la santé, les rôles des divers acteurs gouvernementaux et la façon dont l'engagement civique peut contribuer à améliorer la réforme. Collaborer avec les médias et les troupes de théâtre communautaires pour mieux véhiculer les messages et améliorer la compréhension par les citoyens de la réforme de la santé et faciliter les discussions sur les réformes au sein des communautés et entre les citoyens et les représentants du gouvernement. Engager les organisations de la société civile et les réseaux pour renforcer leurs compétences de plaidoyer ».

À la fin du projet, les Guinéens comprendront mieux le processus de réformes de la santé. Pour atteindre les résultats, FHI 360, Search for Common Ground et Social Impact se sont associés. FHI 360 coordonne la mise en œuvre globale et mène les activités liées au plaidoyer, recevabilité sociale, renforcement de la société civile et formation des fonctionnaires gouvernementaux. Search for Common Ground renforce des médias, accroît l’accès à une information de qualité sur les réformes de la sante et soutient l’engagement et le dialogue entre citoyen. Social Impact assure la supervision de suivi, évaluation et leçons tirées. Le tout financé par l’USAID, l’Agence des États-Unis pour le développement international.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31