Opposition Républicaine : Haro sur les marches pacifiques

Opposition Républicaine : Haro sur les marches pacifiques

La mauvaise gouvernance, le non-respect des accords du 12 octobre 2016 et l’insécurité dans le pays sont les facteurs qui ont poussé l’opposition respire-lacrymogène à déclencher une série de marches pacifiques et de journées ville-morte sur toute l’étendue du  territoire guinéen. Au cours de ces manifestations on enregistre le plus souvent des morts, des blessés et des dégâts matériels importants.

Des citoyens interrogés ce mardi 3 octobre ont commenté le sujet différemment. Si certains appellent à la paix et la quiétude sociale, d’autres jugent nécessaires ces manifestations. Hadja Saran Condé, vendeuse au marché Enco 5, estime que ces marches n’ont que des impacts négatifs sur le développement du pays. « Ces marches n’ont aucune importance pour la population et le pays, surtout nous les vendeuses. S’il y a marche les gens n’auront pas le courage de sortir pour vaquer à leurs occupations et cela ne nous arrangera guère. Si nous n’écoulons pas nos marchandises, nos familles n’auront pas de quoi vivre. Le guinéen ne vit qu’au jour le jour » dénonce- elle.
Sur la même lancée Safiatou Baldé, une autre vendeuse assise devant sa boutique estime que rien ne vaut la paix dans un pays «  Je demande à l’opposition guinéenne d’arrêter ces marches. Il nous fatigue nous les pauvres, surtout nous les femmes qui sortons très tôt en quête du pain quotidien. Au cours de ces marches, nous perdons nos enfants. Cela fait très mal au cœur de voir celui que tu as porté pendant 9 mois mourir comme un chien. Même si l’enfant n’est pas de toi tu auras de la compassion. Même si rien ne va dans un pays, si tu as la paix du cœur tu pourras survivre. D’ailleurs le guinéen est habitué à cette souffrance ».
Alseny Soumah, un autre citoyen, juge lui ces marches nécessaires. Selon lui, ces opposants sont les seuls à aider le peuple guinéen à prendre son destin en main. Donc le peuple ne doit pas penser qu’ils agissent dans leur propre intérêt. Il estime tout de même, que c’est un droit pour le peuple de se battre pour un changement total « afin de bannir cette barbarie que nous inflige le président ». Il déplore tout de même les actes de vandalisme commis par certaines personnes sur les innocents.« Cela fait très mal de voir des personnes mal intentionnées détruire ce qu’on a réussi à construire durant des années, si à chaque fois que nous sortons pour manifester, nous détruisons nos biens publics, comment allons-nous avancer ? »
Depuis l’arrivée du prési Alpha grimpeur au pouvoir, 83 jeunes ont perdu la vie dans les marches de l’opposition respire- lacrymogène sans compter des dégâts matériels enregistrés.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31