Mandiana : Un saoudien tué de deux balles dans la poitrine

Cheikh Abdel Aziz Atouwajeri a été froidement assassiné à Kantédoubalandou, (Djalakoro) aux environs de 21 heures, dans la soirée du mardi 16 janvier, alors qu’il rentrait à Siguiri après un prêche. Le Cheikh a été accueilli à Kantédoubaladou vers 17 heures en compagnie d’un ressortissant du village avec lequel il travaille. Selon le confrère Alpha Oumar Koita qui a recueilli le témoignage de Massama Kanté, chef du district de Kantédoubalandou, après le prêche, il a dirigé la prière dans une des mosquées du village. Il ne comprend pas le mobile du crime, encore qu’il n’avait pas dit des choses blessantes lors du prêche. « Les habitant lui ont même demandé d’y passer la nuit, il a expliqué qu’il avait d’autres contraintes, il fallait rentrer à Siguiri. Ainsi, un motard du village l'a pris pour le ramener. Juste avant d’arriver au fleuve, ils ont été attaqué par des inconnus qui ont ouvert le feu et disparu. Sur place, le saoudien est mort. Des ‘’secouristes’’ sont intervenus pour amener le motard à l’hôpital de Kankan et le corps du Cheikh à une chambre froide de la SAG ».

Massama Kanté, prési du district de Kantédoubalandou « n’a pas aimé, que ce sont des humanitaires qui voulaient aider le district ». Il a demandé aux autorités de faire la lumière. Le préfet de Mandiana Cheik Diallo s’est déplacé au district et on lui a dressé une liste de suspects, tous des Donzos. Il a alors convoqué leur chef, Balla Kanté pour explication. Sur le chemin, celui-ci croise un inconnu qui le poignarde à mort. L’assassin a été arrêté sur ordre du préfet garder à la prison de Mandiana.

Le corps de Cheikh Abdel Aziz Atouwajeri a été transféré à Conakry, ce jeudi. Il pourrait être rapatrié dans les prochains jours par les autorités saoudiennes. Il était là pour former des imams, des maîtres coraniques et le personnel de la Ligue islamique sur invitation de l’Union des Jeunes Musulmans de Guinée.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28