Lambanyi : Retour sur l’agression du con()frère Abdoul Latif Diallo

Lambanyi : Retour sur l’agression du con()frère Abdoul Latif Diallo

Dirlo de publication du site www.depechedeguinee.com, Abdoul Latif Diallo a eu la peur de sa vie la nuit du jeudi 1er février. Des quidams se sont dépêchés chez lui pour un cordial bonsoir à coups de rafales de Kalachnikov. « C’était à 2 heures 55 mn. Ce sont les tirs qui nous ont réveillés, ma femme et moi.  Je ne savais pas que c’est moi qui était visé. Quand une balle a frôlé mon frigo au salon, j’ai fait le lien avec les menaces de mort que j’ai reçues auparavant. J’ai conclu qu’ils sont venus exécuter la menace » explique le journaleux, plus veinard que jamais.

Le confrère a flippé, mais a repris ses esprits et a commencé à implorer Allah. « Je me suis mis à réciter quelques versets coraniques ». Probablement ceux qui avaient échappé à Salman Rushdie. Et Allah l’a entendu, parce que quelque temps après, les tirs ont cessé. Mais Latif a attendu un bon quart d’heure pour se rendre au salon. A ses frères qui voulaient sortir voir ce qui n’allait pas, il a intimé l’ordre sec de ne pas le faire. L’accalmie pourrait être un piège. « On a attendu 6 h pour sortir. On a vu qu’il y a une douzaine d’impacts de balles sur le portail de la cour, derrière la maison aussi. J’ai alerté les médias et la brigade de recherche de la gendarmerie de Kipé. Celle-ci est arrivée vers 10 heures pour faire son constat et prendre mon témoignage ».

Latif Diallo a également informé Alpha Souaré, vice prési du REMIGUI, qui est allé s’entretenir avec Dame Tartine Condé, la présidente de la HAC. « Elle a promis son assistance ». Le REMIGUI entend faire une déclaration dans les prochaines heures. Ce sera le premier remède.

Pour le moment, Abdoul Latif ne dort pas chez lui. Il y passe seulement la journée pour accueillir les amis et la famille qui viennent le saluer. « Je n’ose pas dormir chez moi. Je suis allé chez mon père, mais même là-bas, ma femme ne parvient pas à dormir, elle sursaute tout le temps ». Traumatisme, quand tu nous tiens !

Samedi 27 janvier, le confrère a reçu des menaces de mort par sms. Mardi 30 janvier, il a porté plainte contre X au tribunal de Dixinn pour menaces de mort. Deux jours après, des quidams débarquent chez lui. Les événements se succèdent et se ressemblent pour le journaleux et sa famille.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Octobre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31