Diallo Oumar Tély

Diallo Oumar Tély

Crise sociale en Guinée: L'OGDH se fait voix (Déclaration)

L’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen(OGDH) suit avec beaucoup d’attention l’évolution de la crise sociale que vit le pays suite à l’augmentation du prix du carburant à la pompe.

En effet, le samedi 30 juin 2018, le gouvernement guinéen par un communiqué rendu public dans les médias d’État a annoncé l’augmentation du prix du carburant de 8000 GNF à 10.000 GNF.

Sur les motifs de cette augmentation, le gouvernement indique que cette mesure s’explique par les contraintes budgétaires auxquelles l’État est confronté mais aussi par la nécessité de sortir du cercle vicieux de la subvention du carburant qui, selon lui, ne profite d’ailleurs pas aux populations guinéennes mais plutôt à celles des pays frontaliers en raison de l’accord de libre -échange dans l’espace de la CEDEAO.

Pour soutenir cette mesure, le gouvernement envisage de négocier avec les partenaires sociaux en vue de trouver des mesures d’accompagnement pour alléger l’impact de cette augmentation sur le quotidien des populations guinéennes.

L’Organisation Guinéenne de Défense des droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH) déplore cette augmentation du prix du carburant à la pompe de manière unilatérale par le gouvernement sans aucune consultation préalable des partenaires sociaux en violation des accords déjà existant en la matière.

L’OGDH rappelle que cette mesure affecte sérieusement le pouvoir d’achat de la population déjà profondément éprouvée par la mesure d’élargissement de laTVA sur les denrées de large consommation.

C’est pourquoi, en raison de la situation qui prévaut actuellement caractérisée par des contestations des acteurs de la société civile mais aussi des différentes centrales syndicales pour réclamer la baisse du prix du carburant, l’OGDH en appelle :

1. Au Président de la république pour qu’il :  s’implique personnellement dans la recherche d’une solution pacifique à cette crise 2. Au Gouvernement pour qu’il :  privilégie le dialogue en vue de préserver la paix sociale  veille à l’application des accords issus des négociations  rende effective la lutte contre la corruption et les crimes économiques  réduise le train de vie de l’État 3. Aux institutions républicaines pour qu’elles :  jouent effectivement leur rôle en vue de servir exclusivement les intérêts du peuple de Guinée 4. Aux partenaires bi et multilatéraux ainsi qu’aux institutions internationales pour qu’ils :  continuent d’assister la Guinée dans l’établissement d’un véritable Etat de droit 5. A la société civile pour qu’elle reste ferme dans sa lutte pour la défense des acquis démocratiques en faveur de nos populations

Pour le Bureau Exécutif National de l’OGDH                  

Le Vice Président

                                                                                                                                                                                                                                                                         Elh. Mamadou Malal DIALLO

Assemblée générale du Rpg Arc-en-ciel : Bantama Show prêche la paix

Alors que les syndicalistes et les forces sociales appellent à un sursaut national dès lundi pour protester contre la hausse du prix du carburant, au Rpg arc-en-ciel l'heure est à l'apaisement.

Ce samedi 14 juillet, à l'occasion de l'assemblée hebdomadaire du parti, Sanoussy Bantama Sow connu pour sa virulence à l'encontre des opposants, était plus que modéré vis-à-vis des syndicalistes et des Forces sociales. "La Guinée est au-dessus de chacun de nous. Aux leaders d'opinions, nous devons savoir que nous sommes en train de faire l'histoire de ce pays. Donc nous devons éviter de poser des actes qui peuvent porter préjudice à l'unité, à la paix et au développement". Selon lui, l'augmentation du prix du carburant n'est pas propre à la Guinée. La Sierra Leone a fait autant et cela n'a pas fait du bruit au sein de sa population. Bantama dénonce le fait que certains commerçants fixent leurs propres prix du carburant désormais. "Il y a deux jours à Boké, on vendait le litre à 25 000 francs. À Labé on vendait le litre à 20 000 GNF. Je ne sais pas si les gens veulent aller en grève parce qu'ils ne veulent pas acheter le litre à 10 000, pendant que d'autres l’achètent à 25 000 GNF". Le ministre des sports demande aux gens de se ressaisir pour mettre l'intérêt de la Guinée en avant.

Pour lui, la grève des travailleurs de l'usine de Fria qui a conduit à son arrêt il y a quelques années devait inspirer les syndicalistes dans leurs revendications.

  LEBERE BALDE

Marche du 19 juillet prochain : La Petite Cellule Dalein se justifie

 

Après quelques mois de trêve, la ville de Cona-cris va renouer avec les manifestations politiques. A une plénière qu’elle a organisée hier vendredi 13 juillet, l’opposition respire-lacrymogène a annoncé une marche pacifique le 19 juillet prochain sur l’autoroute Fidel casse-trop. Histoire de protester une nouvelle fois contre la non résolution du contentieux électoral, né des sélections communales de février dernier, mais également la non application des autres points qui ont fait l’objet de débat entre le chef de l’Etat et le chef de pile de l’opposition en avril dernier. Une nouvelle loi sur la CENI a été certes adoptée in extremis par les dépités, mais la situation du fichier électoral, les enquêtes sur les assassinats des militants de cette opposition lors des manifs politiques et le dédommagement des familles des victimes patinent encore. La Petite Cellule et ses pairs trouvent que le pouvoir refuse de hâter les pas. Devant ses militants à l’Assemblée générale du parti ce samedi 14 juillet, le prési de l’UFDG a tenté d’expliquer la nécessité de battre à nouveau le pavé : « Nous menons un combat pour une solution juste et équitable dans le contentieux électoral. Non pas pour gagner un siège ou pour prendre le contrôle de quelques quartiers, mais pour lutter contre la fraude, contre le vol. Nous ne voulons plus que le vote des citoyens soit détourné ou annulé injustement pour donner des avantages à un parti, fut-il le parti présidentiel. Nous voulons une démocratie réelle pour notre pays dans laquelle les citoyens sont traités indépendamment de leur appartenance ethnique ou politique. Mais avec le gouvernement d’Alpha Condé ces valeurs sont bafouées ».

Pour faire fléchir le prési Alpha Grimpeur et son goubernement, la petite Cellule Dalein espère une mobilisation sans précédent : « L'échéance est arrivée on va sortir le jeudi prochain parce que le bilan est mince dans l'application des recommandations qui ont sanctionné ma rencontre avec le président de la république. La loi sur la CENI a été adoptée certes un peu au forceps. Elle n’est peut-être pas parfaite mais c’est loi et nous voulons que la nouvelle CENI organise les élections législatives. Il faut que notre manifestation soit sans précédent comme vous savez le faire. Nous allons emprunter le même itinéraire que les forces sociales le 10 juillet. Nous ne sommes pas loin de l’objectif, ce n’est pas le moment de fléchir. Il faut régler le contentieux pour installer tous les conseillers ». 

Le goubernement du Cas-sorry est confronté actuellement à une fronde des centrales syndicales et de la société civile contre l’augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe. Mais le PM reste droit dans ses bottes, pas question de revenir sur la décision. Le chef de pile dénonce l’entêtement des autorités : « Ils ne veulent pas des élections transparentes parce qu’ils se sont emparés du pouvoir. Ils n’ont pas été choisis par le peuple, ils n’ont aucune légitimé et n’ont aucun sentiment par rapport aux souffrances de la population. C’est au moment où les Guinéens peinent à manger (la période de soudure) qu’ils augmentent le prix du carburant. Ce n’est pas le bon moment. Le pouvoir va payer le prix de son arrogance parce que les Guinéens ont décidé de se mobiliser pour dire non ».

Yacine Diallo

S'abonner à ce flux RSS

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Juillet 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31