Un hélico de l’armée s’écrase au large de Conakry : L'équipage porté disparu

Un hélico de l’armée s’écrase au large de Conakry : L'équipage porté disparu

Vers 11h ce mardi 06 aout 2019, un hélicoptère de l’armée s’est abimé en mer, tout près de l’hôtel Onomo selon les témoins. Aladji Cellou Camara, directeur de l’information et des relations publiques des forces armées guinéennes s’est fendu d’un communiqué, pour donner des précisions : « Ce 6 août, un hélicoptère de type "Écureuil" de l'armée de l'air guinéenne s'est abîmé aux larges de Conakry, avec deux membres d'équipage. La marine nationale s'est immédiatement déployée sur les lieux pour mener les recherches avec une équipe de plongeurs-sauveteurs. Ces recherches se poursuivent activement. Le ministre de la Défense nationale et l'État-major général des Armées sont mobilisés à cet effet », précise le communiqué. L’identité des occupants n’a pas encore été révélée, mais des sources précisent qu’il s’agit d’un commandant instructeur de l’armée et un élève pilote.

Mamadou Saliou Souaré, qui travaille à la direction des centres d’autonomisation et des promotions des femmes, située entre le palais du peuple et le jardin 2 octobre, a vu l’hélico en difficulté avant qu’il ne s’écrase : « On était aussi sous cette case (dans la cour) en train de prendre notre petit café. Il pleuvait très très fort. Soudainement j’ai vu un hélicoptère de couleur verte qui quittait Onomo. Il était au même niveau que les cables de haute tension. J’ai alerté mon ami en lui disant : "Attention, un hélicoptère vient droit vers nous". Il a touché les cimes des arbres ici et a continué vers le palais. On voyait qu’il était déséquilibré et perdait en altitude. Je pensais qu’il allait même atterrir sur la route. Je l’ai perdu de vue. Je pensais qu’il a atterri à l’esplanade du palais. Avec la pluie, je n’ai pas pu savoir il y a combien de personnes à bord, je n’ai pas vu quelqu’un sauter également de l’hélico. Quand j’ai fini de prendre mon café, environ 20 min après, on nous a informé que l’hélico est tombé à l’eau. Et nous sommes sortis trouver qu’il y a la marine sur place ».
Amadou Barry, travaille également dans cette direction témoigne : « J’ai vu l’hélico, je pensais qu’il allait descendre. Il faisait des mouvements, puis il est remonté encore vers le palais. Le vent l’a retourné en arrière, il balançait. Je l’ai vu retourner vers l’hôtel Onomo et j’ai entendu boummm. Puis, plus rien. Et on nous a informé qu’il est tombé dans la mer ».
Une autre dame, dans son bureau à la résidence 2000 dit avoir eu peur quand l’hélico a frôlé sa fenêtre avant de s’abimer en mer. L’hélico a plongé en mer, la queue en premier, dit-elle.
Pour le moment, aucun survivant ou un corps n’a été repêché, pas plus que l'épave de l’appareil. Les recherches continuent non loin de l’hôtel Onomo avec des vedettes de la marine.

Oumar Tély Diallo

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31