Contre le 3e mandat d’Alpha Grimpeur : L’heure des mises en garde

Contre le 3e mandat d’Alpha Grimpeur : L’heure des mises en garde

Pour la majeure partie de l'opinion, il ne fait désormais l’ombre d’aucun doute qu’Alpha Grimpeur veut doter le bled d’une nouvelle Constitution pour demeurer dans sa tanière de Sékhoutouréaya. Pour empêcher ce qu’il appelle un « coup d’Etat civil », le FNDC annonce des manifs sur toute l’étendue du territoire nationale à partir du 14 octobre prochain. Au lendemain de cette annonce, la tension monte crescendo entre les acteurs politiques de la mouvance pestilentielle et ceux de l’opposition. Les premiers, prêts à maintenir l’ordre public coûte que coûte, les seconds, décidés à annihiler toutes velléités de tripatouillage de l’actuelle Constitution. Dans les rangs du FNDC, on n’hésite d’ailleurs pas à mettre en garde les maires des différentes communes : « Ils ne sont pas des fonctionnaires de l’Etat, ils ne sont pas nommés par arrêté ministériel. Donc ils ne peuvent pas s’associer à Bouréma Condé, pour interdire une quelconque manifestation. Ces maires de Guinée savent comment ils sont arrivés à la tête de nos communes. Ils connaissent les difficultés des citoyens qui les ont élus. Ils doivent obligatoirement respecter la Constitution » clame Oussou Fof, vice-prési de l’UFDG.

Pourtant, le Front a choisi de n’adresser de correspondance à aucune mairie comme le veut la loi. Pour le prési du groupe parle-menteur Libéral-démocrate : « La manifestation du 14 octobre sera organisée sur toute l’étendue du territoire. Les mairies doivent comprendre qu’on est dans la lutte pour l’instauration d’un Etat de droit ».

La semaine dernière déjà, Samba Diallo, maire de la commune de Dixinn, issu de l’UFDG, principal parti de l’opposition, s’est englué dans une polémique, en interdisant une marche pacifique d’un mouvement qui voulait célébrer la fête d'indépendance le 2 octobre. Il clamait ainsi sa volonté de respecter la décision du ministre de l’Administration du Trottoir de faire l'impasse sur toutes les manifs dans le bled. Une situation qui agace jusqu’au plus haut sommet de l’UFDG : « Il ne peut pas sortir au grand jour et dire à tout le monde qu’il a un ordre du ministre et qu’il doit obligatoirement respecter cela. S’il continue comme ça, il risque de perdre l’appui de tous ses électeurs et de la direction nationale de l’UFDG » avait déclaré Aliou Condé, secrétaire gênant du parti.

L’ambiance risque d’être électrique dans les prochains jours.

Yacine Diallo

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Octobre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31