Scrutins contesté du 22 mars : Pas de vote à Wanindara, un jeune tué

Scrutins contesté du 22 mars : Pas de vote à Wanindara, un jeune tué

Malgré les mises en garde, l'isolement et les crise sanitaire due  au Coronavirus, Alpha Grimpeur et son RPG ont organisé le double scrutin legis-tardif et référendaire ce 22 mars. A Cona-cris comme à l'intérieur du bled, le vote se déroule dans une atmosphère tendue, des accrochages sont signalés peu partout.

 Les violences enregistrées hier samedi laissaient déjà présager une journée de vote à haut risque. C'est le cas ce dimanche dans plusieurs quartiers la capitale Guinée-haine. A Kobayah, l'un des quartiers les plus chauds de la commune de Ratoma, il n'y a tout simplement pas eu de vote. Suite à la menace du FNDC d'empêcher ces élections contestées, les responsables de la CECI de Ratoma ont purement et simplement décidé de déplacer les bureaux de vote que ce quartier abritait vers le groupe scolaire Amadou Sylla, situé sur le littoral. Mais les rares électeurs qui souhaitaient glisser le bulletin dans l'urne ont eu du mal le faire. En fin de matinée, les jeunes opposés aux élections se sont attaqués à l'école. C'était la débandade. Quelques minutes plus tard, les flics regroupés au sein de l'Unité de sécurisation des élections (USSEL), aidés par les pro-mouvance, ont réussi à repousser les jeunes. La scène se transforme en affrontements entre pro et anti nouvelle Constitution. Sur la transversale n°5 qui relie Kobayah à Wanindara, des pneus sont brûlés, les routes barricadées et beaucoup de lampadaires arrachés. Peu avant 14h, trois jeunes ont été atteints par balles. Un d'entre eux dont la balle a transpercé la poitrine, décédera avant même d'arriver à l'hôpital. Il s'agirait de Hamidou Diallo, chauffeur de profession, originaire de Dalaba. Un autre jeune grièvement blessé est transporté à l'hôpital.

A Wanindara, l'atmosphère est plus chaotique. Seuls quelques bureaux de vote ont été ouverts vers 10h. Mais à l'école primaire de Wanindara, les jeunes ont réussi à chasser les agents du seul bureau de vote qui fonctionnait. Tout près de la t5, un bureau de vote devait y être installé. Mais vu la détermination des jeunes, les flics ont emporté l'urne. Des citoyens témoignent même avoir été obligés de voter pour le Oui à la nouvelle Constitution dans un véhicule de la police au Carrefour-marché. Des accrochages ont aussi éclaté entre manifestants et forces de l'ordre sur la bretelle qui mène à Kissosso. Les jeunes voulaient s'en prendre à un bureau qui serait installé dans ce quartier. Au moment où nous écrivions cette dépêche, des tirs nourris retentissent dans le quartier.

Yacine Diallo

Dernière modification ledimanche, 22 mars 2020 17:34
Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Avril 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30