Elections et Covid-19 : Des mesures de prévention foulées à Matoto

Elections et Covid-19 : Des mesures de prévention foulées à Matoto

Au moment où le monde se barricade, les frontières se referment, les gens se confinent chez eux pour éviter la propagation du coronavirus, la Guinée se préoccupe d’un double scrutin : législatif et référendaire, tenu le 22 mars.

Bien des électeurs ont voté, sans se soucier du lavage des mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique, comme le conseille l’ANSS (Agence nationale de sécurité sanitaire). Pourtant, la Guinée a enregistré des cas du Covid-19. A Simbaya, commune de Matoto, la plupart des centres de vote n’ont observé aucune mesure, excepté le lavage des mains. Par exemple, au centre de Simbaya-école regroupant dix-neuf bureaux de vote, seul un petit kit de désinfection a été installé à l’entrée du centre. Aucun autre devant les dix-neuf bureaux de vote, aucun thermo flash. Le ministre de l’Info et de la complication, Sompe-le-coquelet du RPG, avait déclaré que chaque bureau de vote serait équipé d’un kit, et qu’une distance raisonnable entre électeurs dans une file d’attente devrait être de rigueur. Mon œil ! Personne, ni un électeur ni un observateur encore moins un membre d’un bureau de vote n’était tenu obligé de respecter ces mesures de prévention contre la pandémie. Les agents de l’USSEL (Unité spéciale de sécurisation des élections) postés-là n’ont rien fait pour faire respecter la règle. Les électeurs amassés à l’ombre, les autres dans les files d’attentes, collés-serrés, s’en balancent. On s’embrasse, on se serre la main, on se frotte, on se touche, comme en temps normal. Or, ces comportements constituent des facteurs favorables à la propagation du Covid-19 qui fait ravage dans le monde. Aucun responsable du centre n’a voulu répondre à nos questions à ce sujet. Le chef de quartier s’est contenté de nous référer aux membres des bureaux de vote. 

Rappelons qu’à quelques jours du double scrutin, une mission des chefs d’Etat ouest-africains a été annulée par les autorités à cause de la pandémie et le gouverneur de Conakry a fermé les plages et interdit tout regroupement dépassant 100 personnes. Mais un bureau de vote reçoit au minimum deux cent électeurs. Dire qu’un bureau de vote reçoit au minimum 200 électeurs.
«Alors que tous les pays africains ferment écoles, lieux de culte et interdisent les regroupements, Alpha Condé maintient son double scrutin et expose les Guinéens à la pandémie. C'est inhumain», a dénoncé sur Twitter, La Petite Cellule Dalein Diallo, chef de pile de l’opposition guinéenne, à la veille du double scrutin.
Pendant que les mesures de prévention se multiplient et se durcissent, Alpha Grimpeur n’en a cure. Il a voté à Kaloum. Avant d’entrer dans la salle de son bureau de vote, sa température n’a pas été prélevée, il ne s’est pas désinfecté non plus les mains. C’est la Télé-bidon nationale soi-même qui a servi les images aux Guinéens et au monde.

Yaya Doumbouya

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Avril 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30