Violences post-électorales en Guinée : Après la France, les Etats-Inouïs dénoncent

Violences post-électorales en Guinée : Après la France, les Etats-Inouïs dénoncent

La suite du coup de force électoral opéré par Alpha Grimpeur et son clan le dimanche 22 mars à travers les scrutins légisatif et référendaire contestés et controversés, ne fait pas sourire les autorités guinée-haines. Les morts enregistrés pour s’offrir la nouvelle constitution et des dépités n’ont pas laissé la communauté internationale de marbre. Les réactions fusent de partout et elles ne sont pas la bienvenue à Sékhoutoureya, la tanière d’Alpha Grimpeur.

Dans un communiqué rendu biblique ce mercredi 25 mars par l’Ambassade du pays de l’Oncle Sam à Cona-crimes, les Etats-Inouïs « condamnent fermement toutes les exactions » enregistrées en Guinée à l’occasion du double scrutin contesté du 22 mars. Ils « expriment leurs vives inquiétudes face à la violence qui a entouré le vote». Les Etats-Unis d’Amérique enjoignent le goubernement à « enquêter de manière rapide et transparente sur tous les décès liés aux manifestations et aux élections ». Que les résul-tares des « investigations soient rendus publics dès que possible », demande le communiqué.
Les américains partagent les préoccupations de la communauté internationale qui se dit « vivement préoccupée par le processus d'enrôlement électoral, et par l'absence de dialogue public sur la nouvelle constitution que le gouvernement guinéen a manqué de régler ». Les Etats-Inouïs ont néanmoins réaffirmé leur soutien aux « objectifs de la Guinée », pour renforcer la démocratie et assurer la prospérité de tous les Guinéens.

La France dénonce un double scrutin non-inclusif

Hier mardi 24 mars, la France, dans un post rendant compte des propos de la porte-parole, a pointé du doigt « le caractère non-inclusif des élections et non consensuel » du fait-chier électoral. Elle condamne « les actes de violence qui ont entraîné, durant cette journée, la mort de plusieurs Guinéens ».
Apparemment, les formules diplomagiques habituelles sortent des habitudes de la France. L’Hexagone s’insurge aussi contre « le rôle joué par des éléments des forces de sécurité et de défense excédant la simple sécurisation du processus ». Ce sont des actes qui « n’ont pas permis la tenue d’élections crédibles et dont le résultat puisse être consensuel. » La France « soutiendra les initiatives de la CEDEAO, de l’Union africaine et de l’OIF pour désamorcer les tensions en Guinée et restaurer rapidement un dialogue entre toutes les parties. Elle appelle tous les acteurs guinéens, quels qu’ils soient, à la responsabilité et à la plus grande retenue. »

Mamadou Siré Diallo

Dernière modification lemercredi, 25 mars 2020 15:28
Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Août 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31