Scrutins du 22 mars : Le FNDC ne reconnaîtra pas les institutions issues de la « mascarade »

Scrutins du 22 mars : Le FNDC ne reconnaîtra pas les institutions issues de la « mascarade »

Les gens du FNDC se sont retrouvés ce mercredi à Cona-cris pour faire leur bilan de la répression lors des scrutins du 22 mars. Il dit ne pas reconnaître le scrutin et de facto, toutes les institutions issues de ce vote.
Après leur déclaration lue par le Coordinateur du FNDC, Doux-rat Sanoh, des leaders ont croqué l’actualité. A Cona-cris, les cimetières sont attaqués, à Labé ce sont les mosquées, à N’Zérékoré ce sont les églises qui sont brûlées a résumé la violence, Faya Mini-stéréo du Bloc libéral. « La Guinée est en train de perdre son âme, il nous faut agir avec plus de rigueur pour qu’Alpha Condé et les extrémistes à ses côtés soient mis hors d’état de nuire ».
À Nzérékoré, aucun bilan officiel n’est encore disponible sur les affrontements communautaires ayant fait des morts. Faya souligne que des milliers de personnes ont fui la ville, pour se réfugier dans la forêt, sauver leurs vies en pleine pandémie de coronavirus. Cela rappelle Womé en 2014, au temps d’Ebola où les habitants de ce buisson avaient attaqué des missionnaires de Dr Sakoba. La répression avait fait une dizaine de morts. Le même scénario risque-t-il de se répéter ? « Il y a des corps qu’on refuse de rendre aux parents, on ne peut pas dire exactement combien sont morts à N’Zérékoré. D’autres ont été brûlés vifs dans leurs maisons. C’est de la responsabilité directe de M. Alpha Condé qui veut nous opposer sur le plan confessionnel. Nous devons nous mobiliser pour mettre fin à cela », a affirmé la boss du BL.
Abdoul Kabélé-bélé Camara du RGD, Rassemblement Guinéen pour le Développement, appelle à refuser le clanisme, la division et la corruption. S’il a fui la répression des régimes précédents, il compte se battre désormais pour y rester, quel que soit le prix à payer, a-t-il promis.
Oussou Kabako, prési du Parti des Démocrates pour l’Espoir, PADES, lui, ne voit que dalle dans la logique excursionniste du gouvernement Grimpeur. Pour lui, la mascarade du 22 mars va créer des problèmes dans les villes. Pour O. Kabako, si « vous écartez tous les grands partis, vous allez obtenir des résultats bizarres. Vous avez un parti majoritaire dans une ville, mais c’est un petit parti qui gagne, voilà ce qui amène la violence. Le fichier électoral, l’OIF, la CEDEAO, la CENI, le gouvernement, tout le monde s’est accordé à dire qu’il n’est pas bon, il faut enlever deux millions et demi. Mais dès après, ont dit : c’est vous qui avez dénoncé, vous ne rentrez plus là-dedans, c’est illogique, ça n’a pas de sens. Donc les élections ne sont pas inclusives, les institutions nées de ça sont nulles et de nul effet », a martelé le Kabako.

« Koro, le virus »

Le Sid de l’UFR ne mâche pas ses maux. La Guinée, dit-il, a deux soucis : « Coronavirus et Koro le virus (Alpha Condé), c’est lui-même le virus ». Sur ce qui se passe en forêt, le Sid de l’UFR estime que le gouvernement veut faire des réfugiés dans son propre pays, assassiner des compatriotes pour des questions d’opinion. Pire, il veut rester, alors que les Guinéens n’ont rien obtenu de lui, s’offusque le Sid : « Je le connais personnellement bien, mais comme la totalité de ses amis, partout où tu évoques le nom d’Alpha Condé, les gens tournent le dos, au nom de tout ce qui m’est cher. Personne n’a envie de se réclamer de quelqu’un comme cela. Si vous ne connaissez pas les résultats du régime, rentrer chez vous et regardez ! S’il y a l’eau ou l’électricité, aller à 100 Km de Conakry ou cherchez un logement, vous aller voir les résultats. Nous n’accepterons pas le 3è mandat, nous n’accepterons pas les élections, nous n’accepterons pas les institutions issues d’élections bidon ». Hop-là !

La Petite Cellule Dalein Diallo, le prési de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, lui, remercie le peuple qui a réussi, selon lui, à empêcher le vote au prix même de sa vie. « On dit à Mali, seulement 14 bureaux de vote n’ont pas fonctionné, alors que c’est seulement 21 bureaux de vote qui ont fonctionné, soit 5% dont 10 à Balaky. A Dalaba, il n’y a eu de vote dans aucune sous-préfecture, à Lélouma aussi ». De la situation en Guinée-Forestière, le chef de pile de l’opposition trouve qu’Alpha Grimpeur a réchauffé sa sauce de la division : « Pendant longtemps, la répression était dirigée contre une communauté, pour dire que seule cette communauté est contre lui. Mais lorsque la résistance a été forte en Forêt, on s’attaque à une communauté, on les tue, on les brule vif. Il a attaqué la communauté Manding, Ousmane Kaba réagi, il a été exclu de l’Assemblée, alors que lui-même Alpha avait dit que tout malinké qui vote pour Conté est un bâtard. Les Guinéens veulent une république citoyenne. J’ai entendu un baron dire que Chérif Abdallah est un mauritanien, pourquoi il ne s’est pas adressé à Alpha Condé. Si le père d’Abdallah est venu de la Mauritanie, celui d’Alpha Condé est venu d’ailleurs. Mais on l’a accepté, on ne lui a jamais opposé l’origine de ses parents, la Haute-Guinée l’a adopté, toute la Guinée l’a adopté. On a même dit : tu es de Baro, tu es né ici, pour faciliter les choses ; mais lui, il est en train de nous diviser. On ne peut pas lui accepter cela. Il nous a trouvés unis, il faut qu’on reste uni », plaide le patron de l’UFDG.

De la pandémie de coronavirus

De la pandémie Covid 19 ? Tous les leaders semblent la prendre très au sérieux, tous avec des masques à la bouche, ils ont supplié les Guinéens de prendre soins d’eux, de respecter les consignes de l’OMS. « Il faut qu’on se mobilise pour respecter les consignes de l’OMS en ce qui concerne le coronavirus, sinon les hôtels seront transformés en hôpitaux. L’Europe, avec toutes ses capacités scientifiques et hospitalières, n’arrivent pas à arrêter le virus. S’il vient chez nous, avec les familles nombreuses, ce sera difficile. Il ne faut rien attendre de ce gouvernement, donc prenons soins de nous ! », a conseillé La Petite Cellule Dalein Diallo.


Oumar Tély Diallo

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Août 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31