Assemblée Nationale : Le vote de la loi sur le statut général des agents de l’Etat reporté, la commission de la Ponction publique désertée

Initialement prévu ce 2 mai, l’examen et l’adoption du projet de loi portant statut général des agents de l’Etat et des fonctionnaires contractuels a été reporté à la dernière minute. La faute à la léthargie de nos dépités (qui continuent pourtant à siéger malgré l’expiration de leur mandat). Depuis l’ouverture de la session ordinaire des lois le 5 avril dernier, la commission de la Ponction publique saisie au fond par le mystère de la Ponction publique est pratiquement inexistante. Sur les 25 dépités qui la composent, il ne reste que 5 à ce jour. Eux aussi ne participent plus aux travaux de la commission.

Concernant ce projet de loi, les dépités se sont rendus compte que le projet n’a pas suivi la procédure normale (aucune réunion de l’inter-commissions). Pire, il a été révélé que la présidente s’est retrouvée seule au sein de sa commission, les autres membres ayant complètement déserté : « J’ai hérité d’une commission démembrée, depuis ma prise de fonction je n’ai pas rencontré mes collègues. Malgré les invitations, aucun député n’est venu à l’inter-commissions. Mon assistant et moi avons toiletté le rapport de 2018 et les cadres du ministère ont apporté quelques amendements. Compte tenu des conditions de travail inhabituelles et chaotiques, ce rapport est tout sauf le fruit d’un travail collectif » déclare Assiatou Bah, prési de la commission Ponction publique.

Le report a été demandé par le groupe parle-menteur des Républicains sous prétexte que l’étude du projet de loi n’est pas encore terminée : « Nous sollicitons le report du vote sur cette loi parce que notre groupe n’a pas pu faire l’étude et la réflexion nécessaires pour sa prise de décision » indique Ibrahima Deen Touré. Et tous les autres groupes, la majorité pestilentielle tout comme lopposition se sont engouffrés dans la brèche.

Pourtant, le texte a été distribué au niveau des groupes parle-menteurs depuis plus d’un an. Mais plus personne à l’Assemblée ne s’en rappelle. Le Cauris de l’Assemblée parle d’un dysfonctionnement : « Reconnaissons que nous n’avons pas lu le texte. C’est un dysfonctionnement au niveau de la commission. Ce n’est pas normal que nous déplacions le ministre et qu’on se rende compte que nous n’avons pas fait le travail ».

Bily Nankouma Doumbouya et les cadres (en bois) du mystère de la Ponction publique qui entendaient définir un nouveau cadre de gestion de l’ensemble des agents de l’Etat et des fonctionnaires contractuels sont repartis bredouilles. Le projet de loi pourrait être néanmoins être adopté à la prochaine plénière.

Yacine Diallo  

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Août 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31