Remaniement : Alpha Grimpeur secoue le cocotier

Remaniement : Alpha Grimpeur secoue le cocotier

Attendu au lendemain de la proclamation des résul-tares du coup de force constitutionnel du 22 mars, le remaniement du goubernement est en fin las. Le 19 juin, sur la Ertégé, Alpha Grimpeur a secoué l’équipe du Premier ministre, Ibrahima Cas-Sorry Fofana qui n’a pas démissionné comme il est de coutume, après l’installation de la nouvelle Assemblée nationale le 22 avril. Le Grimpeur a nommé 38 ministres dont 7 nounous et 3 sécréteurs. Au lieu de diminuer le nombre des ministères en ces temps de vaches maigres, il en a créé deux nouveaux : le mystère du Travail et des Lois (a)sociales et le Mystère des Droits et de l’Autonomisation des femmes. Les ministères d’Etat, eux, sont pas moins de six. Le Prési a remercié huit ministres, pour leur soutien timide voire inexistant au 3ème mandat, le rêve que caresse le chef des Grimpeurs. Il en a maintenu 27 et fait appel à dix nouvelles figures. Mohamed Lamine Faux-Fana de la Fustige saute au profit de Me Mory Doumbouillant, jusque-là agent judiciaire de l’Etat. Dame Bountourabi Yattara, jusque-là sécréteuse générale du ministère de l’économie et des Pitances remplace le Chèque Taliby Sylla au mystère de l’Energie. Au ministère du Tout-risque, de l’hôtellerie et de l’artisanat, Thierno Khousmane Diallo est remercié au profit de la Saran Fanyi Cas-marrant. Il paie pour le refus de l’UPR de Bah Oussou Kouthioun, de soutenir le réfén-drôle chanté et vanté par son allié, le RPG-arc-en-ciel d’Alpha Grimpeur. Dr. Aboubacar Oumar Bangoura, professeur à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry remplace Khader Yacine Barry qui aura fait long feu à la tête du département. Il a été nommé le 28 février passé, après la démission d’Abdoulaye Yoro-Yara Baldé qui disait ne pas soutenir le référen-drôle du 22 mars passé. Au ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, « Moryère » Sangaré est électrocuté au profit de Dr Alpha Amadou Bano Barry, précédemment conseillé à la Présidence. Au ministère des postes, Télécomplications et de l’économie numérique, Mousto Mamy Diaby s’en va. Il cède sa place au Saïd Oumar Koulibaly, précédemment dirlo de Guilab (La Guinéenne de la large bande), récompensé pour avoir coupé les réseaux sociaux en appui à la mascarade électorale du 22 mars dernier.

Billy Nankouma Doumbouya de la Ponction publique, de la réforme de l’Etat et tout et tout s’écarte au profit de Dr. Mamadou Ballo, précédemment ministre chef de cabinet de la Présidence de la Roue-publique. Le tout nouveau ministère du Travail et des Lois (a)sociales est piloté par un Chèque Oumar Diallo. La Mahawa Béavogui trône, elle, au nouveau mystère des Droits et de l’Autonomisation des femmes.

Dame Djenab Dramé succède à Lansana Komara à l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi.

Parmi ces ministres sortants, seul Lansana Komara a hérité d’un poste. Il est désormais Secrétaire gênant du goubernement, avec rang de ministre, en remplacement de feu Sékou Kourouma, victime de la pandémie Covid-19.

Tous les autres ministres ont été confirmés, pour leur soutien au projet de la nouvelle Constitution, à commencer par le premier d’entre eux, Ibrahima Cas-Sorry Fofana. Il s’agit notamment des ministres Dr Mohamed Diané de la Dépense (évidemment), Mamadi Cas-marrant des Pitances, général Bouréma Condé de l’Administration du trottoir et de la Décentralisation, Mamadi Touré des Affaires Etranges, Abdoulaye Magass de nos Grises Mines.

Parmi les rescapés, Sanoussy Bantama Show, a été plus que ministre. Il a été bombardé ministre d’Etat chargé des Scores, de la Culture du gombo et du Patrimoine Histo-risque. Leur soutien au rêve d’Alpha qui veut grimper à vie sur l’épaule des Guinéens risque bien de rencontrer un adversaire de taille, le Front national pour la Défense de la Constitution, FNDC qui compte reprendre ses manifs de rue à partir du 8 juillet prochain.

Encore une fois, nous vous livrons l’ordre de l’équipe tel qu’il a été lu sur la Ertégé, par son dirlo, Sékouba Savané. Il ne tient pas compte de l’ordre de préséance requis dans un gouvernement, où il est aisé de distinguer les ministères régaliens de ceux qui ne le sont moins.

1- Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofoana, confirmé ;
2- Ministre d’Etat, chargé des Affaires présidentielles, ministre de la Défense nationale, Dr Mohamed Diané, confirmé ;
3- Ministre d’Etat, conseiller du Président de la République, ministre de l’Industrie et des PME, Tibou Kamara ;
4- Ministre d’Etat, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, El Hadj Papa Koly Kourouma ;
5- Ministre d’Etat, ministre des Transports, Aboubacar Sylla, confirmé ;
6- Ministre d’Etat, ministre de l’Environnement des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui, confirmé;
7- Ministre d’Etat, ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow, confirmé ;
8- Ministre de la Justice Garde des Sceaux, Mory Doumbouya, précédemment agent judiciaire de l’Etat ;
9-Ministre du Plan et du Développement économique, Madame Mama Kany Diallo, confirmé;
10- Ministre de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, confirmé ;
11- Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale, Mamadou Taran Diallo, confirmé ;
12- Ministre des Travaux publics, Moustapha Naïté, confirmé ;
13- Ministre de l’Energie, Madame Bountourabi Yattara, précédemment Secrétaire général du ministère de l’économie et des finances ;
14- Ministre du Tourisme, de l’Hôtellerie et de l’Artisanat, Madame Saran Fanyi Camara ;
15- Ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Général Bouréma Condé, confirmé ;
16- Ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’Etranger, Mamadi Touré, confirmé ;
17- Ministre de la Santé, Colonel Rémy Lamah, confirmé ;
18- Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr. Aboubacar Oumar Bangoura, professeur à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry ;
19- Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Dr Alpha Amadou Bano Barry, précédemment conseiller à la présidence ;
20- Ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, confirmé ;
21- Ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire, Ibrahima Kourouma, confirmé ;
22- Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi jeunes, Mouctar Diallo, confirmé ;
23- Ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Saïd Oumar Koulibaly, précédemment Directeur général de la Guilab ;
24- Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Frédéric Loua, confirmé ;
25- Ministre de la Ponction publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration, Dr. Mamadou Ballo, précédemment ministre chef de cabinet de la présidence de la République ;
26- Ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, confirmé ;
27- Ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Albert Damantang Camara, confirmé ;
28-Ministre du Commerce, Boubacar Barry, confirmé ;
29- Ministre du Travail et des Lois sociales, Cheick Oumar Diallo ;
30- Ministre des Droits et de l’Autonomisation des femmes, Madame Hawa Béavogui ;
31)- Ministre de l’Action sociale et des Personnes vulnérables, Madame Mariam Sylla, confirmée ;
32- Ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Madame Djenab Dramé ;
33- Ministre des Investissements et du Partenariat Public-Privé, Gabriel Curtis confirmé ;
34- Ministre de la Coopération et de l’Intégration africaine, Madame Djéné Kéïta, confirmée ;
35- Ministre de l’Agriculture, Madame Mariama Camara, confirmée ;
36- Ministre de l’Elevage, Roger Patrick Milimono, confirmé ;
37- Ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé, confirmé ;
38- Ministre des Hydrocarbures, Djakaria Koulibaly, confirmé.

Les Secrétaires généraux

1- Secrétaire Général du Gouvernement avec rang de ministre, Lansana Komara, professeur, ancien ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi ;
2- Secrétaire général aux Affaires religieuses, El Hadj Aly Jamal Bangoura ;
3- Secrétaire général-adjoint du Gouvernement, Tamba Fidèle Leno, précédemment Directeur de l’Organisation du travail gouvernemental.

Mamadou Siré Diallo

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Juillet 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31