Crise politique : L’opposition annonce de nouvelles manifestations

Crise politique : L’opposition annonce de nouvelles manifestations

L’opposition respire-lacrymogène a organisé une plénière ce lundi 12 novembre au siège de l’UFDG. Après plusieurs heures de parlotte, les opposants ont annoncé une promenade ce jeudi, précédé d’une journée ville-morte mercredi. Sans oublier au passage, la marche des femmes ce mardi. Dans la déclaration lue, l'opposition constate, avec gravité et consternation, le niveau de violence subi par le peuple de Guinée. Elle dénonce, avec véhémence et indignation, les pratiques des forces de l’ordre. « Au-delà du chiffre fatidique de 100 victimes que vient de franchir la répression du pouvoir d’Alpha Condé, ce sont les images insoutenables des jeunes gens assassinés le mercredi 7 Novembre 2018 par des forces militaro policières qui interrogent, avec douleur, la conscience nationale ».
En effet, cette violence, qui a conduit par ailleurs à la mort déplorable d’un agent de la police, le jeudi 8 Novembre 2018, n’est pas fortuite, dit-on. « Alpha Condé veut pousser la nation au bord de l’abime en vue de créer une psychose pour imposer sa volonté. Ainsi, sous le prétexte du maintien d’ordre, la milice d’Alpha Condé écume l’axe Hamdallaye-Kagbélin pour infliger des traitements cruels, inhumains, dégradants à une population ciblée. Nos concitoyens subissent, impuissants, cette barbarie sans nom à travers des expéditions punitives notamment dans le quartier de Wanidara. Des images diffusées largement sur les réseaux sociaux, témoignent de la cruauté des policiers qui brutalisent des citoyens guinéens et détruisent leurs biens. En outre, les forces de l’ordre font usage de gaz lacrymogène, sans sommation, ou tirent à balles réelles sur nos concitoyens devant leur domicile ou à leurs lieux de travail. Le déni de justice envers le peuple sur lequel s’exerce cette violence, dans l’indifférence du pouvoir, est inacceptable et intolérable. Notre nation doit s’inquiéter. Elle doit s’interroger sur le mobile réel de ces crimes ».
L’opposition républicaine exige que soit diligentée une enquête indépendante, impartiale et transparente sur tous ces cas d’exactions, de répression. Et rappelle encore que la responsabilité de garantir la sécurité des citoyens incombe au goubernement. Pour sa part, l’opposition républicaine dit sa volonté de continuer, sans relâche, à se dresser contre « ce pouvoir qui divise, oppose les fils et filles du pays. Elle ne cèdera ni à la haine ni à la peur ».
Enfin, l’opposition républicaine demande au peuple de Guinée d’être vigilant, de rester mobilisé et déterminé face aux forces du mal qui veulent confisquer les libertés et détruire l’unité de la nation.

Dernière modification lelundi, 12 novembre 2018 17:32
Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31