Musique : Nouvelle distinction pour les artistes

Musique : Nouvelle distinction pour les artistes

Les victoires de la musique guinéenne ! Un nouveau prix qui récompense les meilleurs artistes guinéens de toutes les catégories a été présenté ce lundi, 2 septembre au Centre culturel franco-guinéen. Chaque année, 20 catégories de musiques seront récompensées. L’objectif est de valoriser les artistes guinéens et leurs œuvres ainsi que la filière musique, proposer aux artistes des moyens adéquats pour une grande visibilité, donner la possibilité aux artistes primés de rencontrer des professionnels avérés afin de valoriser leurs potentiels dans la sphère artistique africaine et mondiale.

Selon Aboubacar Camara, le porteur du projet, les victoires de la musique guinéenne imposent un prestigieux prix qui récompense les meilleurs artistes : auteurs, compositeurs, musiciens, interprète, chanteur et toute la palette de la filière musique. « C’est un prix nouveau, fédérateur et innovant qui récompense l’excellence qui sera primée. Aujourd’hui, en Guinée, il y a un déficit, un manque criard de distinctions des acteurs culturels. On a retenu 21 catégories ». Pour la transparence et la crédibilité du prix, des anciens de la musique guinéenne ont été sélectionnés pour composer le comité directeur dont Maitre Mamadou Barry, Malik Kébé, Justin Morel Junior, Mory Kanté.

Maitre Mamadou Barry, président du comité directeur, indique « que la distinction ne vise pas à remplir les poches des gens, mais, à valoriser la musique guinéenne. Il n’y aura aucune partialité ».

Moussa Célestin Camara, critique d’art, dramaturge, scénariste et compositeur, membre du comité directeur, revient, lui, sur l’itinéraire de la musique guinéenne. « On est pas parti de rien. En 1958, il n’y avait d’orchestre qu’à Conakry Kindia, Mamou et Labé. En 1959, lors de la tenue du premier congrès de la jeunesse guinéenne, le PDG a demandé à chaque préfecture d’envoyer au moins 10 jeunes à Conakry. Ils ont été formés au camp Camayenne. En 1961 chaque région avait son orchestre. Le plus célèbre était le Thiébendo Jazz de Quéckédou. C’est lors d’une quinzaine artistique à Nzérékoré que le Bembéya jazz a battu le Thiébendo ».

Pour être éligible, il faut avoir sorti un album pendant l’année 2019. La première cérémonie de remise, pour cette première édition est prévue le 21 décembre prochain. M. Camara entend faire de de cette distinction à l’image des Grammy awards aux Etats-Unis, des Kora awards en Afrique du Sud ou des Victoires de la musique en France.

Oumar Tély Diallo

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Septembre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30